BIEN-ÊTRE

Le Réseau mondial des géoparcs s'enrichit de quatre nouveaux sites

21/09/2012 03:33 EDT | Actualisé 21/11/2012 05:12 EST

Quatre sites en Chine, en Espagne, en Hongrie en Indonésie rejoignent le Réseau mondial des géoparcs, annonce l'Unesco, vendredi 21 septembre.

"Le Réseau mondial des géoparcs nationaux regroupe des sites présentant un patrimoine géologique exceptionnel, pour leur valeur scientifique, leur rareté ou leur beauté, et qui mettent ce patrimoine au service de la promotion du développement durable", explique l'Unesco.

Le géoparc Bakony-Balaton, à l'ouest de la Hongrie, possède des roches cristallines datant de plusieurs centaines de millions d'années mais aussi des roches du Jurassique et du Crétacé portant des traces des dinosaures.

Le géoparc Batur, au nord-est de Bali en Indonésie, s'organise autour d'un volcan actif placé au coeur de deux calderas, de vastes cratères volcaniques créés il y a environ 22.000 ans. Le géoparc de Catalogne centrale en Espagne possède des fossiles, dont les plus connus et les plus abondants sont d'origine marine. Ils correspondent à des organismes vivants dans les mers chaudes et peu profondes, qui recouvraient la région il y a 55 millions d'années.

Le géoparc Sanqingshan se trouve dans un massif montagneux du sud-est de la Chine, dans la province de Jiangxi. La présence de formations à dominante granitique connues comme les "forêts de pics de granit du Sanqingshan" en font un lieu remarquable, ce qui lui a déjà valu d'être inscrit en 2008 sur la Liste du Patrimoine mondial.

Lancé en 2004, le Réseau mondial des géoparcs nationaux compte désormais 91 unités, situées dans 27 pays. Il a notamment été créé pour améliorer la prise en compte des risques géologiques afin de réduire ces risques, pour lutter contre les effets du changement climatique et pour mieux gérer les ressources naturelles de la Terre.