NOUVELLES

Gaz de schiste : Lucien Bouchard perplexe face aux déclarations de Martine Ouellet

21/09/2012 06:06 EDT | Actualisé 21/11/2012 05:12 EST

L'ancien premier ministre du Québec et actuel président de l'Association pétrolière et gazière du Québec (APGQ), Lucien Bouchard, s'étonne de certaines déclarations du cabinet Marois faites jeudi à propos de l'exploitation du gaz de schiste.

« La confusion règne, en particulier sur ce qu'il advient du mandat du Comité de l'évaluation environnementale stratégique sur le gaz de schiste ainsi que de la suite de ses travaux en cours », affirme-t-il.

« Ce n'est pas à tourner en rond dans un processus sans fin ni à changer les règles en cours de partie que nous pourrons aboutir rationnellement et sereinement à une solution conforme à l'intérêt public », ajoute M. Bouchard.

Jeudi, la nouvelle ministre des Ressources naturelles, Martine Ouellet, a annoncé que le gouvernement Marois fermerait définitivement la porte au gaz de schiste. Elle a aussi dévoilé son intention de confier au BAPE la réalisation de l'évaluation environnementale stratégique (ESS) actuellement en cours. Elle veut ainsi élargir le mandat de l'étude et y faire contribuer davantage d'« intervenants indépendants ».

M. Bouchard se demande alors si ce renvoi de dossier signifie « la révocation du mandat du Comité et la dissolution de ce dernier » et s'étonne du « reproche de partialité » adressé aux membres du Comité. Il rappelle notamment que les entreprises membres de l'APGQ ont « pleinement coopéré avec les instances gouvernementales ».

S'expliquant mal « l'interdit inconditionnel et a priori de la ministre », M. Bouchard avance l'exemple américain, où l'exploitation du gaz de schiste se poursuit « pour des raisons à la fois environnementales et liées à l'atteinte de l'indépendance énergétique ».

De leur côté, les critiques de l'exploitation du gaz schistes craignent notamment que la technique de la fracturation hydraulique pose un risque pour les sources d'eau potable.

PLUS: