NOUVELLES

France: Luc Besson inaugure la Cité du cinéma à Saint-Denis

21/09/2012 11:47 EDT | Actualisé 21/11/2012 05:12 EST

SAINT-DENIS, France - La Cité du cinéma, construite sur le site d'une ancienne usine électrique, a été inaugurée vendredi à Saint-Denis, dans le nord de Paris.

S'étendant sur plus de 60 000 mètres carrés, elle accueille notamment l'École nationale supérieure Louis-Lumière et neuf plateaux de tournage.

Des scènes de trois films ont déjà été tournés dans cette structure créée à l'initiative de Luc Besson, qui souhaite en faire un «Hollywood à la française».

Le réalisateur-producteur avait repéré cet ancien site industriel de 6,5 hectares — dans lequel la production d'électricité avait cessé en 1981 — dans les années 1990 à l'occasion de tournages, et notamment de scènes du film «Léon».

En 2006, sa société de production, EuropaCorp Studios, le rachète à EDF, avec l'ambition de créer des studios susceptibles de rivaliser avec les autres grands studios européens.

Faute de financement, le projet est toutefois suspendu un an plus tard, avant d'être relancé avec l'appui financier de la Caisse des dépôts et de Vinci Immobilier, entre autres. Les travaux commencent finalement en mars 2010 pour s'achever un peu plus de deux ans plus tard.

Lors de la cérémonie d'inauguration, Luc Besson, qui s'est dit «très ému», a affirmé que depuis quelques mois, des scènes de trois films avaient déjà été tournés dans les nouveaux studios: «Taken 2» d'Olivier Megaton, «Les Schtroumpfs 2» de Raja Gosnell, et «Malavita» (avec Robert de Niro et Michelle Pfeiffer), le nouveau film du réalisateur du «Grand Bleu», de «Nikita» et du «Cinquième élément».

L'entrée dans la Cité du cinéma s'effectue par une grande nef constituée de béton et d'acier, de 200 mètres de long sur 20 mètres de haut, un vaste espace dans lequel différents événements pourront être organisés.

Autour, les bâtiments accueillent notamment l'École nationale supérieure Louis-Lumière, l'École de la Cité (qui forme à des métiers du cinéma et de la télévision), un espace de restauration, des locaux qui seront loués à diverses sociétés, une salle de projection de 500 places et neuf plateaux de tournage de 600 à 2100 mètres carrés (11 000 mètres carrés au total), insonorisés et climatisés.

Cinq de ces plateaux disposent de fosses de trois mètres de profondeur, permettant la réalisation de prises de vue en contre-plongée. Au total, environ 170 millions d'euros auront été déboursés pour réaliser la Cité du cinéma.

«Je pense que ce sera un des phares de la vie cinématographique et culturelle française», a déclaré l'ancien ministre de la Culture Jack Lang, qui faisait partie des personnalités présentes à l'inauguration.

«Dès lors que les meilleures technologies, les équipements les plus avancés, les qualités d'accueil sont parfaites, je suis certain que le succès sera au rendez-vous», a-t-il ajouté.

«C'est un maillon qui manquait au paysage français, et qui je l'espère va pouvoir permettre de profiter davantage de la richesse du savoir-faire français, à la fois pour faire nos propres films et notamment nos grosses productions de cinéma ou audiovisuelles, et pour attirer les tournages internationaux, qui viennent souvent en Europe, notamment les tournages américains, mais très peu souvent à Paris», a déclaré à Sipa Eric Garandeau, le président du CNC (Centre national du cinéma et de l'image animée).

Le réalisateur Constantin Costa-Gavras, président de la Cinémathèque, a salué pour sa part le «travail formidable» effectué par Luc Besson.

«Il était indispensable d'avoir un grand studio» en France, a-t-il précisé à Sipa, en notant que la Cinémathèque avait également un autre rôle à jouer.

«Elle est là pour conserver les films, pour les montrer. Ici, c'est pour faire les films. Ils sont en amont», a-t-il ajouté.

PLUS:pc