NOUVELLES

Autre repli de l'inflation au pays, mais pas au Québec

21/09/2012 09:00 EDT | Actualisé 21/11/2012 05:12 EST

Les prix à la consommation continuent à augmenter, mais plus lentement au pays à l'exception toutefois du Québec où l'inflation progresse. En août, l'inflation était à 1,2 % sur 12 mois contre 1,3 % en juillet et 1,5 % en juin.

Statistique Canada explique ces augmentations surtout par l'augmentation des prix de l'essence et ceux des aliments, dont la viande. Seuls les prix des vêtements et chaussures ont reculé d'août 2011 à août 2012 au pays.

Au Québec, le taux d'inflation est à la hausse à 2 %, contre 1,9 % en juillet, soit le plus élevé au pays. Les prix de l'essence ont progressé de 4,6 % sur 12 mois dans la province ce qui est deux fois plus que la moyenne canadienne.

Le Nouveau-Brunswick, l'Ontario et l'Alberta affichent l'inflation la plus faible, à 1 %, soit la moitié de la progression des prix observée au Québec d'août 2011 à août 2012.

La faiblesse de l'inflation était attendue par les économistes, celle-ci étant typique d'une économie moribonde, où les détaillants et les fabricants font face à une faible demande.

Selon David Madani, économiste chez Capital Economics, l'inflation de base pourrait d'ailleurs diminuer encore davantage dans les prochains mois, en raison du ralentissement de la croissance économique.

« Puisque le chômage risque d'augmenter, nous nous attendons à ce que la Banque du Canada cesse définitivement de faire référence à l'abandon de sa politique monétaire, dit-il. Le ralentissement économique en cours au Canada, dû à une demande extérieure qui diminue et un marché immobilier tournant au ralenti, laisse présager une offre de plus en plus supérieure à la demande et de pressions déflationnistes additionnelles », a-t-il noté.

L'opinion est la même chez Desjardins, où les économistes ne pensent pas que les autorités monétaires remonteront leurs taux d'intérêt directeurs avant le début de 2014, en raison de la faiblesse de la demande intérieure et des difficultés persistantes de l'économie mondiale.

PLUS: