NOUVELLES

Armes vers la Syrie: le vice-président Biden insiste auprès de l'Irak

21/09/2012 01:29 EDT | Actualisé 21/11/2012 05:12 EST

Le vice-président des Etats-Unis Joe Biden a insisté vendredi auprès du Premier ministre irakien Nouri al-Maliki pour que son pays empêche des armes de parvenir en Syrie, a annoncé la Maison Blanche à l'issue d'un appel téléphonique entre les deux dirigeants.

Lors de cette conversation à l'initiative de la partie américaine, "le vice-président et le Premier ministre ont évoqué des dossiers relatifs à la sécurité de la région, dont la nécessité d'empêcher quelque Etat que ce soit de profiter du territoire ou de l'espace aérien irakien pour envoyer des armes en Syrie", a précisé l'exécutif américain dans un communiqué ne mentionnant pas nommément l'Iran.

Début septembre, les Etats-Unis avaient réclamé à leur allié irakien qu'il fasse atterrir et fouiller les avions iraniens survolant l'Irak à destination de la Syrie après que des sénateurs américains eurent émis la crainte que ces appareils ne transportent des armes pour le régime de Damas, engagé dans la répression sanglante d'une révolte populaire qui s'est militarisée.

Les sénateurs John McCain, Lindsey Graham et Joe Lieberman, en visite à Bagdad, avaient fait part de leur "préoccupation" à M. Maliki, à la suite d'un article du New York Times affirmant que l'Iran utilise de nouveau l'espace aérien irakien pour acheminer des armes en Syrie.

"Nous avons fait part de notre préoccupation auprès de nos partenaires irakiens", avait alors réagi le porte-parole adjoint du département d'Etat, Patrick Ventrell.

Bagdad contrôle totalement son espace aérien depuis le retrait de l'armée américaine fin 2011.

M. Biden, un ancien sénateur qui avait dirigé la puissante commission des Affaires étrangères de la chambre haute du Congrès, avait été particulièrement chargé par le président Barack Obama de gérer le dossier de l'Irak au sein de la Maison Blanche.

En mars, l'Irak avait prévenu l'Iran qu'il ne tolèrerait pas le passage sur son territoire ou dans son espace aérien d'armes destinées à la Syrie, après que Washington l'eut mis en garde. Les Etats-Unis estimaient déjà que des avions iraniens pouvaient être chargés d'armes, Téhéran assurant qu'il s'agissait d'aide humanitaire.

tq-bur/bdx

PLUS:afp