INTERNATIONAL

Les troupes américaines supplémentaires ont quitté l'Afghanistan

21/09/2012 06:36 EDT | Actualisé 21/11/2012 05:12 EST
AP
In this Tuesday, May 15, 2012 photo, an Afghan National Army soldier aims his M16 rifle at a firing range at the 203 Thunder Corps base in Gardez, Paktia province, Afghanistan. On the Vietnam-era firearms issued to ANA soldiers, firing range instructor Sgt. Said Aga recalled his M16 jamming in the middle of a fierce firefight with the Taliban. "The Americans have really much better equipment than us," he said. "Our vehicles and weapons are very weak compared to theirs." But In Kabul, Lt. Col. Timothy M. Stauffer, U. S. Army Director, Public Affairs, rejected the complaints about aging weapons, saying the Afghans get basically the same firearms as U.S. soldiers have. (AP Photo/Anja Niedringhaus)

AUCKLAND, Nouvelle-Zélande - Les 33 000 soldats américains envoyés en renfort en Afghanistan il y a près de deux ans par le président Barack Obama ont quitté le pays, a annoncé vendredi le secrétaire américain à la Défense, Leon Panetta.

Ces renforts avaient été envoyés pour combattre les talibans, mais les récentes attaques de soldats et policiers afghans contre leurs alliés étrangers soulève des doutes sur l'efficacité de cette stratégie militaire.

«Les troupes supplémentaires ont accompli leur objectif de contrer la montée en puissance des talibans sur le champ de bataille et ont augmenté significativement la taille et la capacité des forces de sécurité afghanes», a déclaré Leon Panetta devant la presse lors d'un déplacement en Nouvelle-Zélande.

Le ton positif du secrétaire à la Défense contraste avec la décision de l'OTAN, annoncée plus tôt cette semaine, de cesser les opérations conjointes avec de petites unités afghanes et de les soumettre à l'approbation du commandant régional, du moins temporairement.

L'OTAN est confrontée à un nombre croissant d'attaques de membres de la police ou de l'armée afghane, qui retournent leurs armes contre leurs alliés. Elles ont coûté la vie à 51 membres de la coalition depuis le début de l'année.

Le général de brigade australien Roger Noble, adjoint au chef des opérations de l'OTAN, a reconnu cette semaine que ces attaques minaient les troupes. «Cela frappe notre détermination de plein fouet», a-t-il déclaré. «C'est une chose d'être tué au combat par les insurgés. C'en est une autre d'être abattu par-derrière, de nuit, par vos amis.»

Il reste encore près de 100 000 soldats de l'OTAN en Afghanistan, dont 68 000 Américains. Le départ des troupes de combat américaines et alliées est prévu pour la fin de 2014, date à laquelle les Afghans devront assurer eux-mêmes la sécurité du pays.