NOUVELLES

Abus dans les prisons en Géorgie: des manifestants réclament des poursuites

21/09/2012 06:07 EDT | Actualisé 21/11/2012 05:12 EST

TBILISSI, Géorgie - Des milliers de personnes ont manifesté vendredi en Géorgie pour réclamer des poursuites en justice contre les hauts responsables congédiés après un scandale d'abus contre des prisonniers, une affaire qui risque de menacer le parti pro-occidental au pouvoir aux élections parlementaires du 1er octobre.

Les manifestations, provoquées par des vidéos explicites montrant des gardiens de prison en train de battre brutalement des prisonniers et de les violer avec des matraques et des manches à balai, ont accru la pression sur le président Mikhaïl Saakachvili, dont le parti fait face à une opposition déterminée.

Le président a tenté de contenir la crise en congédiant son ministre de l'Intérieur et le ministre responsable du système pénitentiaire, en plus de procéder à des changements dans le personnel des prisons.

Mais les citoyens sont loin d'être convaincus par ces mesures. Lors de la troisième journée de manifestations vendredi, les manifestants ont demandé que le ministre de l'Intérieur, Bacho Akhalaya, et son frère, qui était ministre adjoint de la Défense, soient traduits en justice.

Des centaines de personnes se sont rassemblées devant la prison de Gldani, à Tbilissi, où les vidéos d'abus ont été tournées. Les manifestants ont intercepté plusieurs véhicules pénitentiaires et ont demandé aux prisonniers qui s'y trouvaient s'ils avaient été battus ou agressés sexuellement.

L'un des prisonniers, qui s'est identifié sous le nom de Shota Nikolaichvili, a crié qu'il avait été battu à répétition par les gardiens. «J'ai perdu ma santé ici et je n'ai plus peur de rien», a-t-il lancé.

Des manifestants se sont aussi rassemblés devant une autre prison de la ville de Rustavi. Une manifestante, Mary Kiknadzé, a déclaré que son fils détenu dans cet établissement était régulièrement battu.

«Ils l'ont puni pour m'avoir informée de leurs abus contre les prisonniers, a-t-elle dit. Ce gouvernement torture les gens pour leur arracher des confessions sur des crimes qu'ils n'ont pas commis.»

Le nouveau ministre responsable des prisons, Giorgy Tugushi, s'est rendu à la prison de Gldani vendredi et a promis des changements.

«Tout sera amélioré graduellement, a-t-il dit. Bien entendu, je n'exclus pas que certains incidents puissent encore se produire et qu'il puisse encore y avoir des personnes indignes dans le système, mais dans un avenir proche, tout sera amélioré.»

L'Union européenne a fortement condamné les abus contre les prisonniers en Géorgie et a exigé que les autorités géorgiennes punissent les coupables.

PLUS:pc