NOUVELLES

Syrie: le bombardement d'une station-service aurait fait 30 morts

20/09/2012 10:33 EDT | Actualisé 20/11/2012 05:12 EST

BEYROUTH - Des bombardements de l'aviation syrienne sur une station-service d'Ain Issa dans le nord de la Syrie ont fait jeudi au moins 30 morts et plusieurs dizaines de blessés, selon le directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), Rami Abdul-Rahman.

La ville d'Ain Issa se trouve à environ 40 kilomètres de la frontière avec la Turquie.

Un témoin affirme que l'explosion a été causée par une frappe aérienne, mais l'information n'a pu être confirmée de source indépendante.

Pendant ce temps, une coalition formée notamment des États-Unis, de l'Union européenne et de la Ligue arabe s'est rencontrée, jeudi, pour discuter de nouvelles manières d'isoler encore davantage le régime de Bachar al-Assad.

Le groupe «Amis du peuple syrien» a été créé en février quand le Conseil de sécurité des Nations unies a été incapable de s'entendre sur une résolution condamnant le gouvernement syrien, en raison de l'opposition de la Russie et de la Chine.

Jeudi, des experts financiers ont participé à cette rencontre en banlieue de La Haye, aux Pays-Bas, pour aider les membres à comprendre comment la Syrie parvient possiblement à contourner les sanctions dont elle fait l'objet, notamment l'embargo sur les exportations de pétrole et de gaz naturel.

La coalition compte maintenant 60 pays qui se sont engagés à bloquer les transactions financières syriennes et à imposer un interdit de voyage aux principaux dirigeants du pays.

Des opposants ont toutefois prévenu que ces sanctions ne suffiront pas à faire tomber le régime Assad, tant qu'il pourra compter sur l'appui de pays comme la Chine, la Russie, le Venezuela, l'Iran, l'Irak et le Liban.

Les Nations unies estiment qu'au moins 18 000 personnes ont été tuées en Syrie et 1,5 million d'autres chassées de chez elles depuis le début des violences.

PLUS:pc