NOUVELLES

Le SCRS inquiet des transactions impliquant des sociétés d'états «hostiles»

20/09/2012 07:07 EDT | Actualisé 20/11/2012 05:12 EST

OTTAWA - Tandis que la compagnie de pétrole et de gaz naturel Nexen approuvait l'offre d'achat soumise par une société d'État chinoise jeudi, le Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS) avertissait la population de la menace à la sécurité nationale que les transactions de ce genre peuvent représenter.

Dans son plus récent rapport, le SCRS indique que la majorité de l'investissement étranger au Canada est fait de manière ouverte et transparente. Il note toutefois que certaines entreprises publiques et certaines firmes privées «qui entretiennent des liens étroits avec leurs gouvernements» ont des visées «opaques» ou ont reçu l'aide de services de renseignements «clandestins» pour mener leurs activités au Canada.

Le rapport public 2010-2011 du SCRS, déposé au Parlement jeudi, indique que si des entreprises qui ont des liens avec des agences de renseignement étrangères ou des gouvernements hostiles tentent d'obtenir le contrôle de secteurs stratégiques de l'économie canadienne, alors elles peuvent représenter un danger pour les intérêts nationaux.

Nexen a accepté jeudi l'offre d'achat de China National Offshore, une transaction qui devra recevoir l'approbation d'Ottawa.

Le directeur du SCRS, Dick Fadden, avait défrayé la chronique, il y a deux ans, quand il avait parlé ouvertement de l'influence étrangère pesant sur des membres des conseils des ministres provinciaux et des politiciens municipaux. Bien que M. Fadden ait alors été avare de détails à ce sujet, il avait laissé entendre que la Chine alimentait les inquiétudes.

PLUS:pc