NOUVELLES

L'ambassade américaine dénonce un trucage dans un journal algérien

20/09/2012 12:23 EDT | Actualisé 20/11/2012 05:12 EST

L'ambassade des Etats-Unis a dénoncé la publication jeudi à Alger d'une photo "falsifiée" et d'un article affirmant que l'ambassadeur américain Stevens, mort en Libye, avait rencontré le producteur du film islamophobe et du philosophe français Bernard-Henri Lévy.

Le quotidien arabophone "Ennahar a publié une photo falsifiée et un article erroné sur l'ambassadeur (Christopher) Stevens rencontrant Sam Bacile et Bernard-Henri Lévy", déplore l'ambassade dans un communiqué reçu par l'AFP.

"L'ambassadeur Stevens n'a aucun lien avec le film et les caricatures répréhensibles et dégoûtants, ni avec les personnes qui en sont responsables", ajoute la mission diplomatique américaine.

Les Etats-Unis "n'ont rien à voir avec le film" dénigrant le prophète Mahomet qui a déclenché une vague de protestation et des violences dans le monde musulman, réitère l'ambassade, pressant le quotidien populaire de "ne pas divulguer de fausses rumeurs susceptibles de provoquer malentendus et réactions violentes".

Ennahar a publié en Une une photo de Bernard-Henri Lévy en train de lire un exemplaire du journal satirique Charlie Hebdo qui avait fait scandale dans le passé, "Charia Hebdo", avec pour titre: "Le sioniste Lévy derrière la campagne visant à porter atteinte au prophète".

BHL est régulièrement attaqué en Algérie pour son soutien à Israël et pour avoir milité en faveur de l'intervention étrangère qui permis aux insurgés libyens de renverser le régime Kadhafi.

Le journal affirme avoir découvert cette photo, ainsi qu'une autre montrant l'ambassadeur en compagnie de BHL et de Sam Bacile sur des sites internet qu'il n'identifie pas.

Sam Bacile est le pseudonyme utilisé par un homme qui s'est présenté dans des médias américains comme un "juif israélo-américain", auteur du film. Selon la presse américaine, il s'agit en fait de Nakoula Basseley Nakoula, un copte (chrétien d'Egypte) résidant près de Los Angeles.

Interrogé par téléphone, le directeur de la publication, Anis Rahmani, a répliqué dans un premier que son journal "n'utilise jamais ni le mensonge ni le trucage pour défendre la cause de notre prophète".

Par la suite, M. Rahmani a précisé que l'article sur l'ambassadeur américain avait été retiré de l'édition électronique d'Ennahar.

La publication mercredi par l'hebdomadaire satirique français Charlie Hebdo de caricatures très crues de Mahomet a attisé le mouvement de protestation déclenché dans le monde musulman par la diffusion du film islamophobe "L'Innocence des musulmans", une production amateur réalisée aux Etats-Unis.

L'ambassadeur Stevens et trois autres Américains sont morts des suites d'une attaque à l'arme lourde menée le 11 septembre contre le consulat américain à Benghazi, dans l'est de la Libye, attribuée à des manifestants en colère contre ce film.

Les manifestations ont fait une trentaine de morts dans le monde musulman, mais en Algérie quelques tentatives de protestation ont été étouffées dans l'oeuf par les forces de sécurité.

bmk/cnp

PLUS:afp