NOUVELLES

La mort met fin à une saga judiciaire touchant une fillette dans le coma

20/09/2012 01:13 EDT | Actualisé 20/11/2012 05:12 EST

OTTAWA - La fillette de 2 ans d'Edmonton prétendument agressée par ses parents est morte après qu'on eut débranché les machines qui la maintenaient artificiellement en vie, a appris La Presse Canadienne, jeudi soir.

Une source a confirmé que l'enfant était décédée au Stollery Children's Hospital.

Plus tôt, jeudi après-midi, un comité de trois juges de la Cour suprême du Canada a rejeté la motion demandant la suspension d'une décision de débrancher le respirateur artificiel de la fillette d'Edmonton.

Les avocats représentant les parents de la petite fille s'étaient engagés dans une course contre la montre pour empêcher les médecins de débrancher les appareils maintenant l'enfant en vie. Mais la décision annoncée jeudi a plutôt fait en sorte que les parents ont été escortés à l'hôpital pour faire leurs adieux à leur fillette.

Mercredi, la Cour d'appel de l'Alberta avait maintenu la décision d'un juge estimant qu'il était dans le meilleur intérêt de la fillette de la laisser mourir.

Un groupe de trois juges de la Cour suprême a rejeté la requête après une courte discussion. Le magistrat Frans Slatter a déclaré qu'il n'existait pas de question d'ordre juridique qui méritait de passer outre les meilleurs intérêts de l'enfant.

«Le système juridique ne peut rien faire de plus», a-t-il dit.

Les avocats des parents ont cité la foi musulmane de ceux-ci pour exiger qu'ils puissent avoir un mot à dire dans les soins prodigués à leur fille.

Les parents sont accusés d'avoir gravement blessé l'enfant et la cour albertaine a ordonné qu'ils puissent lui rendre visite une dernière fois avant la fin de la journée de jeudi.

Ils sont toujours officiellement tuteurs de l'enfant, bien que les Services albertains de l'enfance et de la famille en aient désormais la garde.

Selon des médecins ayant témoigné en cour, la fillette est plongée dans un coma, souffre de dommages irréversibles au cerveau et ne reprendra jamais conscience.

Des techniciens ambulanciers paramédicaux ont découvert la jeune fille et sa soeur jumelle, toutes deux blessées et souffrant de malnutrition, dans leur maison d'Edmonton, le 25 mai.

L'enfant au coeur des recours juridiques était en arrêt cardiaque et a plongé dans un coma. Sa soeur se remet tranquillement. Un frère plus âgé qui a lui aussi été trouvé dans la maison n'était pas blessé, et se trouve désormais en famille d'accueil.

Les parents, dont les noms ne peuvent être divulgués, sont accusés de voies de faits graves, de négligence criminelle ayant causé des lésions corporelles et d'omission de remplir l'obligation de fournir les éléments nécessaires à l'existence. Ces accusations pourraient être aggravées si la fillette meurt.

Le père et la mère se sont vu refuser une libération sous caution, et ne peuvent se contacter mutuellement.

PLUS:pc