NOUVELLES

La Bourse de Toronto recule avec les prix des matières premières

20/09/2012 04:33 EDT | Actualisé 20/11/2012 05:12 EST

TORONTO - La Bourse de Toronto a clôturé jeudi en baisse, les cours des matières premières ayant entraîné dans leur recul les titres des secteurs industriel et des métaux.

L'indice composé S&P/TSX a échappé 26,91 points pour terminer la séance à 12 409,25 points, tandis que la Bourse de croissance TSXV a glissé de 8,63 points à 1334,89 points.

Le dollar canadien s'est pour sa part déprécié de 0,21 cent US à 102,41 cents US.

Le secteur torontois de l'énergie a avancé de 0,4 pour cent. Le contrat à terme sur le pétrole brut pour livraison en octobre a reculé de 11 cents US à 91,87 $ US le baril à la Bourse des matières premières de New York, mais le contrat pour livraison en novembre, pour lequel le volume d'opérations était plus important jeudi, a gagné 12 cents US à 92,42 $ US.

Le cours du cuivre a glissé de 5,5 cents US à 3,76 $ US la livre à New York, tandis que le prix du lingot d'or a cédé 1,50 $ US et terminé la journée à 1770,20 $ US l'once.

Les actions des chemins de fer canadiens ont cédé du terrain après que leur concurrent américain Norfolk Southern eut averti que ses prochains résultats trimestriels seraient plus faibles que prévu.

Le titre du Canadien Pacifique (TSX:CP) a laissé 2,17 $, soit 2,2 pour cent, pour clôturer à 80,75 $, tandis que celui du Canadien National (TSX:CNR) a rendu 4,15 $, soit 4,2 pour cent, à 87,44 $. Le secteur industriel du parquet torontois a reculé de 2,1 pour cent.

Plusieurs éléments ont ramené les pieds des investisseurs sur Terre jeudi, notamment une enquête laissant entrevoir une récession de plus en plus dure pour l'Europe, un rapport témoignant des difficultés du secteur des exportations au Japon et une enquête privée des fabricants chinois montrant un nouveau recul de l'activité en septembre, bien que moins rapide que celui observé en août.

La faiblesse en Chine représente une inquiétude particulière puisque la santé de la deuxième plus grande économie mondiale a un certain impact sur la demande pour les matières premières.

Aux États-Unis, le nombre d'Américains ayant demandé la semaine dernière des prestations d'assurance-emploi a légèrement reculé, mais à un niveau qui laisse croire que l'embauche reste faible.

Sur Wall Street, la moyenne Dow Jones des valeurs industrielles a avancé de 18,97 points à 13 596,93 points, tandis que l'indice composé du Nasdaq a laissé 6,66 points à 3175,96 points et que l'indice élargi S&P 500 a abandonné 0,79 point à 1460,26 points.

«Depuis quelques jours, c'est comme un lendemain de veille», a illustré Allan Small, conseiller principal chez DWM Securities. «Nous observons cette semaine (...) une absence de catalyseur pour faire grimper les marchés. Il y a un genre de pause.»

«En fait, le manque de nouvelles est tel que les gens attendent déjà les prochains chiffres sur l'emploi, qui ne seront pas disponibles avant quelques semaines.»

Les prochaine données sur le marché de l'emploi des États-Unis seront dévoilées le 5 octobre.

PLUS:pc