NOUVELLES

Kevin Kolb aura une première chance de prouver aux Eagles qu'ils ont eu tort

20/09/2012 01:34 EDT | Actualisé 20/11/2012 05:12 EST

PHILADELPHIE - Kevin Kolb a attendu trois ans pour remplacer Donovan McNabb à titre de quart partant pour les Eagles de Philadelphie avant de ne garder le poste qu'une demi-saison.

Deux ans plus tard, il a une chance de prouver aux Eagles qu'ils ont eu tort de démissionner trop tôt.

«Je tente de me préparer, de m'assurer que je ne sois pas trop excité, a déclaré Kolb mercredi. En tant que quart-arrière, vous devez rester calme. J'ai beaucoup de respect pour leurs joueurs et leurs entraîneurs.»

Kolb mènera l'attaque des Cardinals de l'Arizona dans ce duel opposant deux équipes ayant remporté leurs deux premiers matchs, dimanche. Il fait tout ce qu'il peut pour aborder ce match comme tous les autres, bien qu'il comporte une petite touche personnelle.

Les Eagles ont sélectionné Kolb au deuxième tour du repêchage de 2007 — mais avec leur premier choix — même si McNabb était alors bien en selle. L'entraîneur-chef, Andy Reid, et le coordonnateur à l'attaque, Marty Mornhinweg, le préparaient à devenir son successeur. Kolb a travaillé fort afin d'être prêt quand il obtiendrait sa chance.

Quand McNabb s'est blessé lors du premier match de la saison 2009, Kolb est devenu le premier joueur de la NFL à obtenir 300 verges par la passe à ses deux premières parties. Puis il est retourné sur le banc.

Il a finalement obtenu sa chance en 2010, quand les Eagles ont échangé McNabb aux Redskins de Washington. Kolb devait remplacer le meilleur quart de l'histoire des Eagles, celui qui a pris part à six Pro Bowls, mené les Eagles à cinq matchs de championnat de la NFC et une défaite au Super Bowl en 11 ans.

Mais Kolb a subi une commotion cérébrale à sa première rencontre, pavant la voie à l'éclatant retour de Michael Vick. Le reste fait partie de l'histoire.

«Tout arrive pour une raison, a dit Kolb. C'est comme ça que je le vois.»

Et Kolb n'en veut pas aux Eagles.

«Je n'ai pas d'amertume. J'ai beaucoup appris à Philadelphie. J'en garde plusieurs bons souvenirs. J'y pense tout le temps. Je crois que ce que ça m'a appris, c'est de ne pas me laisser affecter par les hauts et les bas que vous connaissez, car vous ne savez pas ce qui vous attend et la situation change en un rien de temps.»

Ce fut une excellente leçon pour lui.

En juillet 2011, il a été échangé aux Cards pour le demi de coin Dominique Rodgers-Cromartie et un choix de deuxième tour. Souhaitant avoir sous la main un premier quart de premier plan depuis la retraite de Kurt Warner, les Cards lui ont immédiatement consenti un contrat de cinq ans et 63,5 millions $ US, dont 21 millions $ garantis.

De nouveau, ça ne s'est pas passé comme prévu.

Kolb a été ennuyé par des blessures la saison dernière et n'a amorcé que neuf parties, conservant une fiche de 3-6. Il a ensuite perdu son poste à John Skelton en matchs préparatoires.

Skelton s'est toutefois blessé à la cheville dans le premier match de la campagne, contre les Seahawks de Seattle. Kolb s'est alors amené et orchestré une poussée menant au touché de la victoire. Il a ensuite mené les Cards à un gain de 20-18 contre les Patriots de la Nouvelle-Angleterre, devenant ainsi le premier quart à vaincre Tom Brady en match d'ouverture du Gillette Stadium.

«C'est ironique, mais je prends les choses un jour à la fois, un match à la fois, a philosophé Kolb. J'ai appris à ne pas tenter de prédire quoi que ce soit. J,ai passé au travers de plusieurs épreuves et j'ai beaucoup appris de celles-ci. J'ai appris à ne pas m'apitoyer sur mon sort. Tout peut arriver très rapidement.»

PLUS:pc