NOUVELLES

Géorgie: manifestation à Tbilissi après la diffusion d'une vidéo de tortures en prison

20/09/2012 02:15 EDT | Actualisé 20/11/2012 05:12 EST

TBILISI, Georgia - TBILISSI, Géorgie (Sipa) — La diffusion par plusieurs chaînes de télévision de vidéos montrant des tortures dans une prison de Tbilissi a déclenché des manifestations jeudi dans la capitale géorgienne, une affaire embarrassante pour le président Mikhail Saakachvili à quelques jours des élections législatives du 1er octobre.

Ces vidéos clandestines ont été diffusées mardi par les chaînes géorgiennes Maestro et Channel 9, qui expliquent les avoir obtenues d'un responsable de la prison aujourd'hui en fuite à l'étranger. Elles montrent des gardiens tabassant des détenus, et les violant avec des matraques et manches à balai.

Jeudi, plusieurs milliers de manifestants se sont rassemblés devant le ministère de l'Intérieur et devant la prison de Tbilissi où les exactions ont été commises. Les manifestants, dont certains portant des balais, ont ensuite remonté la principale avenue de la capitale, réclamant le renvoi du ministre de l'Intérieur.

Parmi les manifestants, Veriko Kapanadze se souvient de la peur de son fils lors de sa dernière visite en prison. "Maintenant, je comprends pourquoi. C'est comme la Gestapo en prison" a -t-elle déclaré.

Pour désamorcer les tensions, le président géorgien Mikhail Saakachvili a accepté la démission de ministre chargé de l'administration pénitentiaire et la réorganisation complète du personnel de la prison, dont 12 responsables ont été limogés.

Mais l'affaire embarrasse le président géorgien, au pouvoir depuis 2004 et soucieux de se présenter comme démocrate. Il est resté populaire grâce aux réformes économiques et ses efforts menés contre la corruption. Il a également oeuvré en faveur d'un rapprochement avec l'ouest.

Mais l'opposition n'a cessé de dénoncer la répression systématique mise en oeuvre par le président contre les médias indépendants ou dissidents. Son image a également été écornée par la guerre désastreuse contre la Russie en 2008.

Pour le milliardaire entré en politique Bidzina Ivanichvili, chef de la coalition d'opposition "Rêve Géorgien", ces vidéos ne font que confirmer les soupçons sur la brutalité des autorités. Elles ont montré "le vrai visage du régime de Saakachvili, un système sadique derrière la brillante façade", a-t-il dit.

Pour Irakly Menagarichvili, ancien ministre des Affaires étrangères et directeur du Centre pour la recherche stratégique, un cercle de réflexion indépendant, "ces vidéos de torture en prison ont porté un coup sérieux au parti au pouvoir" et pourraient avoir des conséquences dans les urnes.

af-ll/AP-v0328

PLUS:pc