NOUVELLES

Egypte: les islamistes réclament des mesures contre Charlie Hebdo

20/09/2012 06:31 EDT | Actualisé 20/11/2012 05:12 EST

Le parti des Frères musulmans égyptiens, dont est issu le président Mohamed Morsi, a "catégoriquement rejeté" jeudi la publication par l'hebdomadaire satirique français Charlie Hebdo de caricatures de Mahomet, en réclamant à la France des "mesures fermes".

Le Parti de la liberté et de la justice (PLJ) "demande au gouvernement français de prendre des mesures fermes et rapides contre ce magazine (...), d'autant plus que la justice française a pris des mesures dissuasives contre un magazine ayant publié des photos portant atteinte à Catherine Middleton, la duchesse de Cambridge".

Dans un communiqué, le parti évoque aussi en exemple "la position sévère (des autorités françaises) contre ceux qui nient l'Holocauste" en France.

Le PLJ "s'interroge sur le moment choisi pour publier ces caricatures extrémistes, quelques jours après le film américain portant atteinte au prophète, et (se demande) si cela veut dire que des mains cachées poussent le monde occidental à provoquer les peuples arabes et musulmans, qui ont commencé à se libérer des régimes dictatoriaux corrompus".

Le parti réclame enfin aux Nations unies "un accord international" pour protéger les symboles religieux.

Charlie Hebdo a publié mercredi des caricatures du prophète Mahomet, quelques jours après des violences parfois meurtrières qui ont éclaté dans plusieurs pays musulmans suite à la diffusion sur YouTube d'extraits d'un film islamophobe dénigrant Mahomet et les musulmans, en les présentant comme brutaux et immoraux.

La police égyptienne a renforcé sa protection autour de l'ambassade de France au Caire depuis mercredi. Les écoles et centres culturels français en Egypte étaient pour leur part fermés jeudi sur décision des autorités françaises, par mesure de précaution.

Des manifestations avaient eu lieu le 11 septembre au Caire devant l'ambassade des Etats-Unis, pays où le film a été produit. Des protestataires avaient escaladé les murs et arraché un drapeau américain pour hisser à sa place un drapeau islamiste noir.

Le président américain Barack Obama avait appelé son homologue égyptien Mohamed Morsi pour exprimer son inquiétude après l'incident. M. Morsi, ancien responsable des Frères musulmans, a condamné les violences mais soutenu les manifestations pacifiques contre le film.

iba/cr/vl

PLUS:afp