POLITIQUE

46% des plaintes contre les policiers rejetées

20/09/2012 04:06 EDT | Actualisé 20/11/2012 05:12 EST
PC

Plus de 46% des plaintes déposées au Commissaire à la déontologie policière lors du conflit étudiant du printemps dernier ont été refusées ou ont fait l'objet d'une conciliation à ce jour. Un chiffre qui pourrait progresser puisque seulement la moitié des plaintes ont été traitées jusqu'à maintenant.

«Nous avons reçu 193 plaintes en lien avec le conflit étudiant. Actuellement, nous avons traité plus de la moitié des dossiers», explique Me Louise Letarte, commissaire à la déontologie policière, en entrevue avec Le Huffington Post Québec.

Selon les informations obtenues, 149 dossiers ont été traités à ce jour. De ce nombre, 60 plaintes feront l'objet d'enquêtes plus sévères, dont les résultats sont attendus pour le printemps 2013.

47 plaintes rejetées

D'après les explications, les enquêtes sont effectuées à la suite d'une première analyse par le Commissaire à la déontologie policière et dont le résultat demande une recherche plus approfondie.

Ce processus peut être long, explique la commissaire à la déontologie policière. «Avec le nombre de plaintes reçues, nous avons dû engager une personne supplémentaire pour nous aider, notamment au niveau des enquêtes d'identification», explique Me Letarte.

Dans le même sens, le commissaire a rejeté 47 plaintes à ce jour. Des dossiers refusés souvent par manque d'information ou encore parce que la personne qui a porté plainte a décidé de laisser tomber sa démarche.

Par ailleurs, sur les 193 plaintes, 42 ont fait l'objet d'une conciliation de la part des deux partis. Une démarche souvent accompagnée d'explications sur la façon de procéder de la part des services de police dans le cas traité, détaille Me Letarte.

Notons que lors d'une conciliation, aucun blâme n'est retenu contre le policier.

INOLTRE SU HUFFPOST

Manifestation étudiante du 22 août 2012