NOUVELLES

Sondage: la majorité des Canadiens n'hésiterait pas à payer des services au noir

19/09/2012 02:05 EDT | Actualisé 19/11/2012 05:12 EST

OTTAWA - Un nouveau sondage porte à croire que la plupart des Canadiens sont prêts à violer la loi en payant les entrepreneurs au noir s'ils en ont l'occasion.

Le coup de sonde réalisé par H&R Block Canada a révélé que 55 pour cent des personnes interrogées ont dit vouloir opter pour un paiement en liquide pour éviter de devoir payer des taxes de vente.

Ceux-ci ne se sentent d'ailleurs pas particulièrement coupables de cette entorse. Seuls 30 pour cent des répondants ont dit considérer le paiement au noir comme une erreur. Chez les Canadiens âgés de 18 à 34 ans, cette proportion chute à 17 pour cent.

Les conclusions du sondage sont inquiétantes, même si elles sont compréhensibles, a indiqué une analyste fiscale d'H&R Block, rappelant que des peines sévères peuvent être imposées aux personnes évitant de payer des taxes. Le gouvernement peut également intenter des poursuites contre les fraudeurs.

Une majorité des 1500 adultes sondés ont également déclaré qu'ils ne devraient pas avoir à déclarer des services négociés ou échangés, et que les serveurs ne devraient pas avoir à payer d'impôts sur leurs pourboires.

Les Ontariens seraient également davantage portés à opter pour payer en argent comptant (63 pour cent) que les Québécois (44 pour cent) afin de ne pas payer de taxes.

«Je crois que cela en revient au fait que les individus croient payer déjà assez de taxes et d'impôts, qu'ils ne devraient pas avoir à en payer davantage», a déclaré Cleo Hamel, analyste chez H&R Block.

Un autre facteur pourrait être la mise en vigueur récente de la taxe de vente harmonisée combinant les taxes de vente provinciale et fédérale en Ontario et au Québec, qui ont fait augmenter le nombre de services assujettis à cette nouvelle taxe plus élevée.

L'an dernier, Statistique Canada a estimé que l'économie souterraine avait représenté un total de 36 milliards $ en 2008, les dépenses personnelles pour des biens et des services non déclarés comptant pour 24 milliards $ du total.

L'agence a précisé que les activités interlopes étaient les plus nombreuses dans les secteurs de la construction, du commerce de détail et des services alimentaires.

La bonne nouvelle est que ces échanges commerciaux illicites représenteraient une proportion déclinante de l'économie canadienne, passant de 2,7 pour cent du produit intérieur brut en 1992 à 2,2 pour cent en 2008.

Bien que la surveillance de l'économie souterraine soit difficile, Statistique Canada a indiqué que les enquêtes de l'Agence du Revenu du Canada se poursuivaient de façon prioritaire.

Le coup de sonde en ligne a été réalisé auprès de 1500 Canadiens du 30 juillet au 1er août. Un échantillon aléatoire de la même dimension donnerait une marge d'erreur de plus ou moins 2,5 pour cent, 19 fois sur 20.

PLUS:pc