NOUVELLES

Québec: la nouvelle Première ministre veut plus de pouvoirs pour la province

19/09/2012 06:03 EDT | Actualisé 19/11/2012 05:12 EST

La nouvelle Première ministre indépendantiste du Québec, Pauline Marois, a déclaré mercredi lors de la présentation de son gouvernement qu'elle comptait accroître les compétences de la province francophone aux dépens du pouvoir fédéral d'Ottawa.

Elue le 4 septembre, Mme Marois a présenté une équipe de 23 ministres, dont huit femmes, qui sera condamnée à évoluer avec prudence, les souverainistes du Parti québécois (PQ) ne disposant pas de la majorité à l'Assemblée nationale.

Si l'organisation d'un référendum sur la séparation du Québec et du Canada n'est pas d'actualité, faute d'appui suffisant de l'opinion, Mme Marois a affirmé sa "conviction" que "l'avenir du Québec est de devenir un pays souverain".

De fait, elle a souhaité que son gouvernement --le premier formé par les indépendantistes depuis neuf ans-- exige du Canada "de nouveaux pouvoirs".

La Première ministre a notamment enjoint son ministre de la Culture, Maka Kotto, "de rapatrier les pouvoirs et les budgets fédéraux en matière de culture et de communication".

"Cela fait partie de la gouvernance souverainiste", a-t-elle souligné, en référence au plan d'action du PQ consistant à préparer progressivement le Québec à la séparation du Canada. "Demeurer une province du Canada constitue un risque inacceptable pour le Québec", a-t-elle asséné.

Portée au pouvoir dans un contexte de soupçons de collusion entre une partie de la classe politique québécoise, les milieux d'affaires et des organisations criminelles, Mme Marois a annoncé une loi devant modifier le financement des partis politiques.

L'action de son gouvernement, a-t-elle dit, sera axée sur "l'intégrité, la prospérité, l'identité et la solidarité".

En annonçant la nomination de Nicolas Marceau aux Finances et à l'Economie, elle a souligné "une situation économique mondiale inquiétante" qui impose à la province des "défis considérables".

Assistée de son ministre des Relations internationales, l'ex-journaliste Jean-François Lisée, Mme Marois se rendra à Kinshasa du 12 au 14 octobre, au sommet de la Francophonie. Elle rencontrera à cette occasion le Premier ministre canadien Stephen Harper. Elle devrait se rendre dans la foulée à Paris pour s'entretenir avec le président François Hollande.

sab/via/mdm

PLUS:afp