NOUVELLES

Le Canada signe un accord avec les Émirats arabes unis pour vendre de l'uranium

19/09/2012 01:19 EDT | Actualisé 18/11/2012 05:12 EST

Le Canada et les Émirats arabes unis ont signé une entente de coopération dans le domaine de l'énergie nucléaire civile qui doit favoriser la vente d'uranium canadien à des réacteurs dans ce pays du Golfe persique.

Lors de son passage au Canada, mardi, le ministre des Affaires étrangères des Émirats a déclaré que l'accord servait d'exemple à l'Iran, qui est coincé dans un affrontement diplomatique et financier avec l'Occident à propos de son programme nucléaire.

« C'est malheureux que les autres pays - et dans ce cas-ci, je parle évidemment de l'Iran - ne s'intéressent pas au tableau d'ensemble quand il s'agit de programmes nucléaires civils », a déclaré Sheikh Abdullah bin Zayed Al Nahyan.

L'Iran dit développer l'énergie atomique à des fins pacifiques, mais l'Occident croit plutôt qu'elle travaille à mettre au point une bombe nucléaire.

Le Canada désire fortement exporter sa technologie nucléaire, et a conclu des ententes similaires avec la Chine et l'Inde.

Cet accord ouvrira la porte aux entreprises canadiennes voulant faire du commerce avec des compagnies des Émirats surveillées par l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), l'organisme onusien de surveillance du nucléaire.

L'Iran a bloqué l'accès aux enquêteurs de l'agence, soulevant des craintes voulant que le pays dissimule un programme de construction d'ogives nucléaires.

« Ils continuent de faire face aux défis imposés par l'AIEA, par le Conseil de sécurité et par la communauté internationale quand il s'agit de leur programme nucléaire », a ajouté M. Al Nahyan.

« Ce serait bien de regarder le modèle des Émirats. »

Un pas vers de meilleures relations

Cette entente marque aussi un important pas en avant dans les relations tendues entre le Canada et les Émirats arabes unis, qui s'étaient détériorées il y a un peu plus d'un an quand Ottawa a refusé d'accorder des droits d'atterrissage supplémentaires pour deux principales compagnies aériennes du Golfe.

Les Émirats arabes unis avaient répondu en expulsant les Forces canadiennes du Camp Mirage, sa base militaire située en périphérie de Dubaï, et en imposant des visas coûteux aux voyageurs canadiens.

Le Camp Mirage en était un des principaux du Canada lors de la mission de combat en Afghanistan. Cette prise de bec avec les Émirats arabes unis a forcé le Canada à se démener pour prendre d'autres dispositions quand il a organisé son retrait de Kandahar l'année dernière.

M. Al Nahyan a donné le crédit au ministre des Affaires étrangères John Baird qui a aidé à rétablir de bonnes relations entre les deux parties depuis qu'il a pris la tête du ministère en mai 2011.


PLUS: