NOUVELLES

L'Arabie nie vouloir priver les Syriens de pèlerinage

19/09/2012 08:11 EDT | Actualisé 19/11/2012 05:12 EST

L'Arabie saoudite a nié mercredi toute intention de priver les Syriens de pèlerinage annuel (Hajj) à La Mecque, démentant une information de Damas sur un manque de coopération à ce sujet.

Le royaume a par ailleurs indiqué avoir signifié à une quarantaine de pays qu'il ne pouvait accéder à leurs demandes d'augmenter le nombre de leurs pèlerins, en raison des aménagements en cours sur les lieux saints de La Mecque et de Médine.

Le ministère du Pèlerinage est en train "de parachever les démarches avec les parties concernées pour permettre aux pèlerins syriens d'accomplir (le) rituel", a déclaré à l'AFP le porte-parole du ministère, Hatem Qadi.

L'agence officielle syrienne Sana avait affirmé mardi que la Syrie n'enverrait pas de pèlerins cette année à La Mecque faute d'accord avec l'Arabie saoudite.

Le comité syrien du Hajj, qui comprend des représentants des ministères du Waqf (Affaires religieuses), de l'Intérieur, de la Santé, du Tourisme et des Transports, "a effectué toutes les démarches requises pour la saison du hajj de cette année 2012, mais le ministère concerné en Arabie saoudite n'a pas conclu l'accord dans les temps comme il le fait tous les ans", a expliqué l'agence.

La Syrie est en proie depuis mars 2011 à une révolte populaire qui s'est militarisée face à la répression menée par le régime du président Bachar al-Assad, déterminé à l'étouffer. En 18 mois, les violences ont fait plus de 27.000 morts, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

L'Arabie saoudite, chef de file des monarchies du Golfe, est très critique du régime syrien, qui l'accuse en retour de soutenir militairement et financièrement la rébellion.

Par ailleurs, le ministre saoudien du Pèlerinage, Bandar Hajjar, cité mercredi par la presse locale, a expliqué que les autorités saoudiennes ne pouvaient pas accueillir plus de pèlerins en raison des importants travaux d'agrandissement en cours dans les villes saintes de La Mecque et de Médine dans l'ouest de l'Arabie saoudite.

Le moment fort du Hajj de cette année est prévu autour du 25 octobre.

Le nombre de pèlerins obéit à un système de quotas établis après des heurts meurtriers à La Mecque entre manifestants iraniens et policiers qui avaient fait en 1987 plus de 400 morts, en majorité des Iraniens.

Le système retenu permet à chaque pays d'envoyer 1.000 pèlerins au Hajj par million d'habitants. Il avait été validé par l'Organisation de la conférence islamique (OCI), qui s'appelle désormais Organisation de la coopération islamique.

Dès la fin du Hajj de 2011, auquel avaient participé quelque 3 millions de fidèles, Ryad avait indiqué ne pas pouvoir accueillir davantage de pèlerins.

Des agrandissements et des aménagements des lieux saints de La Mecque et de Médine sont en cours avec un coût estimé à plus de 10 milliards de dollars.

aa/mh/cco

PLUS:afp