NOUVELLES

La Nouvelle-Écosse va imposer des limites à son fournisseur d'électricité

19/09/2012 06:24 EDT | Actualisé 19/11/2012 05:12 EST

Le ministre de l'Énergie de la Nouvelle-Écosse promet des mesures législatives pour limiter la contribution des citoyens aux salaires des hauts dirigeants de l'entreprise Nova Scotia Power.

Lors d'une réunion publique tenue mardi soir, le ministre Charlie Parker a promis qu'une nouvelle loi va limiter cette contribution afin que les salaires de ces hauts dirigeants soient comparables à ceux des hauts fonctionnaires.

Le ministre néo-démocrate n'a pas précisé quelle serait cette limite, mais il a indiqué que les actionnaires de l'entreprise devront payer la différence entre le financement public et privé de ces salaires. Selon lui, cela fera économiser des centaines de milliers de dollars aux contribuables chaque année.

Le chef du Parti progressiste-conservateur, Jamie Baillie, a déclaré qu'il ne comprend pas pourquoi le gouvernement a attendu si longtemps avant d'agir. Il a ajouté que les Néo-Écossais méritent mieux que cette politique qu'il juge improvisée. Pour sa part, le ministre Parker attribue la situation actuelle aux décisions des gouvernements précédents.

En mai dernier, les consommateurs ont appris que le président de Nova Scotia Power, Rob Bennett, a touché près de 1,2 million de dollars. Chris Huskilson, président de la société mère, Emera, a gagné pour sa part près de 750 000 $. Lorsqu'on ajoute à cette somme ses avantages et ses actions dans l'entreprise, sa rémunération totale frôle 3 millions de dollars.

Les demandes d'augmentation seront moins fréquentes

Le ministre Parker a ajouté qu'il allait aussi limiter le nombre de demandes d'augmentation des tarifs de la Nova Scotia Power. Il a expliqué que l'entreprise ne pourra pas présenter d'autres demandes avant 2015 et que ses futures demandes devront porter sur plus d'un an.

Selon une entente de principe conclue vendredi par Nova Scotia Power et des intervenants, les abonnés verront leurs tarifs augmenter de 3 % par année au cours des deux prochaines années.

Rob Bennett, président de Nova Scotia Power, a déclaré, mercredi, que l'accord sur ces hausses allait être respecté même si le projet de loi sur les salaire allait compliquer son travail l'an prochain.

Quant à savoir si les intentions du gouvernement exerceront un effet sur la dernière demande d'augmentation des tarifs, le ministre Parker a répondu que la décision relève de la Commission des services publics et d'examen de la Nouvelle-Écosse.

PLUS: