NOUVELLES

Gaspésie-Les Îles : un pas de plus vers un parc éolien communautaire à Saint-Damase

19/09/2012 08:21 EDT | Actualisé 19/11/2012 05:12 EST

Une cinquantaine de personnes se sont présentées à la rencontre publique sur le projet de parc éolien communautaire, mardi soir, à Saint-Damase.

Le promoteur, Fleur de lis éoliennes Saint-Damase, une société en commandite dont sont partenaires la municipalité et l'entreprise ontarienne Algonkin Power ont détaillé le projet de 24 mégawatts (MW). Ainsi, Fleur de lis éoliennes Saint-Damase projette d'ériger huit éoliennes de 3 MW chacune qui seront installées sur les terres privées de la municipalité. Les éoliennes seraient peu visibles à partir de la route 132, mais le seraient davantage pour les villageois de Saint-Moïse et de Saint-Noël.

Selon l'étude d'impact, les éoliennes pourraient interférer avec la réception de signaux de télévision en provenance de la station CBGAT de Matane, ce qui pourrait créer une image fantôme dans l'écran pour quelques dizaines de résidences. En cas de problèmes, le promoteur prendrait des mesures correctives ou compensatoires adéquates pour permettre une réception satisfaisante.

Rentabilité du projet

Le projet rapporterait un peu plus de 70 000 $ par année en taxes à Saint-Damase, ce qui représente presque 10 % du budget municipal.

La municipalité partagerait de plus les profits nets à parts égales avec Algonkin Power.

Le maire de Saint-Damase, Jean-Marc Dumont, se dit optimiste sur la rentabilité du projet. « Dans le fond, explique le maire, il n'y en à vrai dire pas de risques financiers parce que notre prêt est garanti. Dans une année donnée si on n'a pas assez d'argent pour payer capital et intérêt, on va payer juste ce qu'on va avoir comme revenus et le restant va être effacé par notre prêteur. »

Le maire Dumont refuse toutefois d'avancer un montant sur les profits que la municipalité pourrait réaliser.

Engagé dans une quarantaine de projets énergétiques en Amérique du Nord, estime pour sa part que les profits nets pourraient dépasser les 6 millions de dollars chaque année. Le porte-parole de l'entreprise, Joshua Gillespie, est lui aussi très optimiste : « Nous avons beaucoup confiance dans la ressource et dans le fournisseur Énercon qui va nous fournir les turbines. Nous avons beaucoup confiance dans le projet. »

La construction du projet de 72 millions de dollars pourrait être entreprise au printemps 2013. Le chantier créerait de 25 à 50 emplois pendant neuf mois. La mise en service serait effective en décembre 2013. Le Bureau d'audiences publiques sur l'environnement tiendra une séance d'information sur le projet le 2 octobre prochain.

PLUS: