NOUVELLES

Chantier du CUSM : Infrastructure Québec dans la mire de l'UPAC

19/09/2012 12:01 EDT | Actualisé 19/11/2012 05:12 EST

Les enquêteurs de l'Unité permanente anticorruption (UPAC) n'ont pas visité que les bureaux du CUSM, mardi, ils ont également perquisitionné ceux d'Infrastructure Québec.

C'est la première fois qu'un organisme gouvernemental est perquisitionné par les policiers de l'UPAC.

L'opération visait à obtenir de l'information sur le processus d'attribution des contrats de construction du Centre hospitalier universitaire McGill sur le site de l'ancienne gare de triage Glen.

Infrastructure Québec est responsable de l'octroi des contrats des grands projets d'infrastructure au gouvernement du Québec.

C'est lui qui était chargé d'attribuer en 2010 le contrat de 1,3 milliard de dollars pour la construction du CUSM. Le groupe qui a remporté le contrat est composé de la firme montréalaise SNC-Lavalin et de la firme britannique Innisfree.

Le projet qui doit être mené en partenariat public-privé (PPP) comprend la conception, la construction et l'entretien pendant 34 ans des immeubles du Centre universitaire de santé McGill.

Perquisitions dans les bureaux du CUSM

Les enquêteurs de l'UPAC se sont aussi présentés mardi matin dans les locaux administratifs du Centre universitaire de santé McGill, sur la rue Guy, à Montréal. Les enquêteurs étaient à la recherche de preuves et désiraient s'entretenir avec des témoins.

Dans un communiqué, la direction du Centre universitaire de santé McGill a expliqué que l'Unité permanente anticorruption était à la recherche « d'information concernant le processus d'attribution du contrat de partenariat public-privé associé au site Glen ».

C'est sur ce site qu'est construit le nouveau centre hospitalier universitaire de l'Université McGill, qui comprendra trois hôpitaux.

La direction du CUSM a assuré mardi par voie de communiqué avoir offert son entière collaboration aux enquêteurs de l'UPAC dans ce dossier.

L'UPAC, qui a qualifié cette opération « d'importante », a affirmé que des arrestations pourraient avoir lieu dans les semaines à venir dans ce dossier.

PLUS: