NOUVELLES

Caricatures et film islamophobe: Valls contre toute manifestation

19/09/2012 08:01 EDT | Actualisé 19/11/2012 05:12 EST

PARIS - PARIS (Sipa) — Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, a déclaré mercredi avoir donné consigne aux préfets d'interdire les manifestations qui pourraient attiser les tensions autour du film islamophobe réalisé aux Etats-Unis ou des caricatures de Mahomet dans "Charlie Hebdo".

"Toute manifestation qui vise à troubler l'ordre public, à provoquer, à attiser les esprits, ne sera pas autorisée et sera interdite", a déclaré M. Valls après avoir reçu les représentants de plusieurs associations musulmanes à la mi-journée. Il a précisé que la consigne avait été donnée aux préfets.

"J'en appelle à l'apaisement. Nous ne laisserons aucun groupe extrémiste mettre en doute l'apaisement", a assuré le ministre, rappelant que l'islam est la deuxième religion la plus pratiquée en France après le christianisme.

Manuel Valls a cependant rappelé que "le droit d'expression et de caricature fait partie des droits fondamentaux". "Chacun doit faire preuve dans ce contexte d'un esprit de responsabilité. Chaque dessin, chaque déclaration peut provoquer mais dans notre pays il est hors de question de remettre en cause le droit d'expression et le droit à la caricature", a-t-il insisté.

Mohammed Moussaoui, président du Conseil français du culte musulman (CFCM), a souligné que "toute manifestation peut faire l'objet d'instrumentalisation". "Dans ce contexte, nous recommandons qu'il n'y ait pas de manifestation", a-t-il expliqué aux journalistes. "Le ministre nous a rassurés sur le fait qu'il faisait tout ce qui est en sa compétence pour apaiser les tensions"

"Concernant les caricatures, je ne pense pas porter plainte mais nous étudierons la question. Une plainte est peut-être un objectif lointain", a-t-il dit, ajoutant qu'il avait demandé la création d'une "mission parlementaire" sur les actes d'islamophobie.

Dans la délégation figuraient aussi un représentant de l'Union des organisations islamiques de France (UOIF), membre du CFCM, et le recteur de la Grande mosquée de Paris, Dalil Boubakeur.

Ce dernier avait condamné un peu plus tôt la publication de caricatures du prophète de l'islam dans "Charlie Hebdo" mais salué l'interdiction d'une manifestation à Paris contre le film islamophobe "Innocence of Muslims", annoncée par le Premier ministre Jean-Marc Ayrault. Il avait aussi souhaité l'interdiction des manifestations d'intégristes musulmans devant la Grande mosquée et annoncé la lecture d'un message d'appel au calme dans toutes les mosquées de France jeudi et vendredi.

cc-cov/st

PLUS:pc