NOUVELLES

Wall Street ouvre en baisse, d'humeur maussade et inquiète après Fedex

18/09/2012 10:14 EDT | Actualisé 18/11/2012 05:12 EST

Wall Street démarrait la séance en baisse mardi, dégrisée après l'euphorie provoquée par de nouvelles mesures de relance des banques centrales, et inquiète après la publication de perspectives préoccupantes chez Fedex: le Dow Jones cédait 0,07%, tout comme le Nasdaq.

Vers 13H50 GMT, le Dow Jones Industrial Average reculait de 8,83 points à 13.544,27 points, et le Nasdaq de 2,23 points à 3.176,44 points.

L'indice élargi Standard & Poor's 500 abandonnait 0,19% (-2,82 points) à 1.458,37 points.

Wall Street avait clôturé en baisse lundi à New York, déçue notamment par un indicateur économique: le Dow Jones avait cédé 0,30% à 13.553,10 points, et le Nasdaq 0,17%, à 3.178,67 points.

Le marché new-yorkais était d'humeur maussade mardi, deux séances après s'être envolé à la suite de l'annonce de mesures de relance illimitées et inédites de la Réserve fédérale américaine.

L'une des grandes préoccupations des courtiers en début de séance, était la publication de prévisions très décevantes du groupe de messagerie Federal Express (FedEx), considéré comme un baromètre de l'économie américaine.

"Fedex a sonné un grand signal d'alarme sur ses perspectives de revenus", a ainsi constaté Dick Green, du site d'analyse financière Briefing.com.

Si le groupe a annoncé mardi un bénéfice meilleur qu'attendu pour le premier trimestre de son exercice décalé, il prévoit pour le deuxième trimestre un bénéfice par action sensiblement inférieur aux attentes, de 1,30 à 1,45 dollar alors que les analystes tablaient jusqu'alors sur 1,67 dollar. Pour l'ensemble de l'année FedEx anticipe 6,20 à 6,60 dollars par action de bénéfice contre des attentes à 7,04 dollars en moyenne pour les analystes.

L'action ne perdait toutefois que 1,88% à 87,60 dollars en début d'échanges.

La place new-yorkaise baissait également dans le sillage de ses consoeurs européennes et asiatique, "alors que l'enthousiasme lié aux actions des banques centrales perdait de sa vigueur et que la situation incertaine du sauvetage financier de l'Espagne" continuait à inquiéter, ont souligné les experts de Charles Schwab.

Le marché a néanmoins été soutenu par le géant informatique Apple, qui a dépassé quant à lui le seuil psychologique des 700 dollars pour la première fois à Wall Street. Il se hissait de 0,15% à 700,80 dollars, après avoir atteint plus tôt 701,44 dollars.

Le marché obligataire évoluait en hausse. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans baissait à 1,789% contre 1,838% lundi et celui à 30 ans à 2,987% contre 3,037%.

ppa/sl/mdm

PLUS:afp