NOUVELLES

Violents combats entre rebelles et soldats à Alep en Syrie (habitants)

18/09/2012 02:26 EDT | Actualisé 17/11/2012 05:12 EST

De violents combats ont éclaté mardi à l'aube dans des quartiers rebelles d'Alep, selon des habitants de cette métropole du nord de la Syrie où armée et insurgés tentent de marquer des points depuis près de deux mois.

Les affrontements ont éclaté à Boustane al-Kasr, dans le sud-ouest de la métropole, ainsi que dans le quartier voisin d'Izaa, et ces deux secteurs ont été bombardés par l'armée, d'après les résidents.

Des combats ont également éclaté plus au sud, à Soukkari, où sont également retranchés des rebelles, selon des habitants.

De plus, deux civils ont péri dans un bombardement du quartier Sakhour (est).

Le régime a affirmé que ses troupes contrôlaient le quartier stratégique de Midane, dans le centre d'Alep, après une semaine de combats acharnés.

Sur place, l'armée conseillait toutefois aux habitants d'éviter une partie du quartier, prévenant que des tireurs embusqués pourraient y être retranchés. Près de cette zone, un correspondant de l'AFP a vu lundi une dizaine de corps de rebelles gisant au sol.

Le quotidien al-Watan, proche du pouvoir, a annoncé que Midane avait été "purifié", précisant que la majorité des hommes armés qui y combattaient étaient "des salafistes arabes et étrangers".

Selon le journal, la prise de Midane "ouvrira la porte au nettoyage" d'autres quartiers rebelles limitrophes, citant Boustane al-Bacha, Souleimane al-Halabi et surtout Sakhour, qui semble être la prochaine cible.

L'agence officielle Sana a fait état d'une opération "qualitative" de l'armée à Sakhour où elle a visé "un rassemblement d'hommes armés dans le marché aux légumes". L'armée a en outre attaqué des rebelles à Boustane al-Kasr.

Le président de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane, a rappelé que la situation à Alep était très mouvante.

"Quand l'armée dit contrôler un secteur, ce n'est que temporaire", a-t-il affirmé. "Ils prennent des quartiers puis il y a des affrontements de nouveau avec la guérilla, ce n'est pas un véritable progrès".

Selon lui, l'armée n'a pas "repris" le quartier Midane, pour la simple raison que le secteur n'était pas au départ entre les mains des rebelles. "Les insurgés tenaient uniquement un poste de police et deux ou trois rues".

La relativité des conquêtes s'applique également dans le cas des rebelles. "Ils disent contrôler un barrage ou un poste, puis l'armée revient pour tout détruire, ce n'est pas vraiment un contrôle", a déclaré M. Abdel Rahmane.

"La vraie supériorité du régime, c'est son armée de l'air", a-t-il rappelé.

Dans la province d'Alep, trois civils dont une femme ont été tués dans les bombardements des localités d'al-Bab, Sfira, Qabtane al-Jaba et Hreitane, sleon l'OSDH.

A Damas, quatre soldats ont été tués dans des combats entre rebelles et forces loyalistes à la périphérie des quartiers de Hajar al-Aswad et Assali qui étaient pilonnés par les forces gouvernementales, selon l'OSDH.

Les forces régulières ont bombardé également les régions de Deir Ezzor (est) où 10 civils ont péri, d'Idleb (nord-ouest) et de Homs (centre) où un rebelle a péri dans des combats, selon l'ONG.

A travers le pays, les violences ont fait lundi au moins 137 morts, dont 72 civils, selon l'OSDH, qui s'appuie sur un large réseau de militants.

str-ram-rm/sw

PLUS:afp