NOUVELLES

Un homme soupçonné de vol de documents au siège de l'AFC arrêté (avocat)

18/09/2012 05:53 EDT | Actualisé 18/11/2012 05:12 EST

Un homme soupconné d'avoir volé des documents au siège de la Confédération asiatique de football (AFC), à Kuala Lampur, a été arrêté, a appris l'AFP mercredi auprès d'un avocat de l'AFC.

Tony Kang, le mari de l'ex-directrice financière de l'organisation Amelia Gan, s'est rendu de lui-même à la police, selon un des avocats de l'AFC, Mohamad Bustaman Abdullah, qui sans détailler le contenu des documents volés, les a qualifiés "d'assez importants".

M. Bustaman Abdullah n'a pas non plus précisé les éléments ayant conduit à soupçonner M. Kang du vol de documents.

L'AFC avait porté plainte suite à la disparition de documents qui feraient mention d'un important versement en 2008 au bénéfice du Qatariote Mohamed Bin Hammam, son président suspendu depuis lors en raison de suspicions de corruption.

M. Bin Hammam s'était également plaint que des documents relatifs à des "transactions personnelles" avaient été volés dans son bureau et inclus dans un rapport d'enquête interne à l'AFC, réalisé par un cabinet d'audit international.

L'enquête visait à examiner "la négociation et la réalisation de certains contrats" et "les transactions financières depuis et vers les comptes de l'AFC et le compte personnel de M. Bin Hamman sous sa présidence", selon l'AFC.

Selon les médias britannniques, M. Bin Hammam, suspendu provisoirement par l'AFC sur la base de ce rapport, a rencontré les enquêteurs nommés par l'AFC à Londres cette semaine pour justifier en détail ces transactions.

Le Qatariote, 63 ans, reste suspendu provisoirement à la fois par la Fédération internationale (Fifa) et l'AFC, le temps de l'enquête, sa suspension à vie ayant été levée en juillet par le Tribunal arbitral du sport, faute de preuves suffisantes.

La Fifa avait infligé cette suspension à M. Bin Hammam l'an dernier, après que son comité d'éthique l'avait reconnu coupable de corruption au cours de la campagne pour la présidence de l'organisation, face à Sepp Blatter. Le Qatariote dénonce des accusations à motivation politique.

bur/th/es/el

PLUS:afp