NOUVELLES

Propos polémiques de Romney sur les "47%": Obama est le "président de tous" (Maison Blanche)

18/09/2012 01:19 EDT | Actualisé 18/11/2012 05:12 EST

La Maison Blanche a affirmé mardi que Barack Obama se voulait le "président de tous" les Américains, se démarquant soigneusement de propos polémiques tenus par Mitt Romney sur la mentalité de "victimes" de 47% de ses compatriotes.

"Lorsqu'on est président des Etats-Unis, on est le président de tous les Américains, pas seulement des gens qui ont voté pour vous", a assuré le porte-parole de M. Obama, Jay Carney, lors de son point de presse quotidien.

"Vous avez entendu le président dire de très nombreuses fois, parce qu'il le pense sincèrement, que nous sommes tous dans le même bateau". Depuis le début de sa carrière nationale, en 2004, "son message est que ce qui nous unit en tant qu'Américains est plus fort que ce qui nous divise", a poursuivi M. Carney.

Quand M. Obama "a pris la décision, contre l'avis de beaucoup, d'agir pour sauver le secteur automobile, le président ne s'est pas demandé si les 1,1 million d'Américains dont les emplois seraient sauvegardés avaient voté pour ou contre lui", a développé le porte-parole.

Poursuivant sur la mise en relief du bilan de M. Obama, M. Carney a aussi expliqué que "lorsqu'il a agi en faveur de 18 réductions d'impôts pour les PME, il ne s'est pas demandé si les propriétaires de PME étaient démocrates ou républicains".

"Ce n'est pas comme cela qu'il pense. Il faut approcher le poste (de président) en comprenant que l'on se bat pour tous les Américains", a encore dit le porte-parole.

Le journal de gauche Mother Jones a diffusé lundi une vidéo prise à l'insu de M. Romney en mai dernier, lors d'une séance de levée de fonds, dans laquelle on le voit dire que "47% (des Américains) voteront pour le président quoi qu'il arrive. Il y a 47% des gens qui sont avec lui, qui dépendent du gouvernement, qui pensent qu'ils sont des victimes, qui pensent que le gouvernement doit s'occuper d'eux (...) Ce sont des gens qui ne paient pas d'impôts".

Avant M. Carney, le directeur de campagne de M. Obama, Jim Messina, avait affirmé lundi à propos de ces déclarations qu'il est "difficile d'être le président de tous les Américains lorsqu'on traite par le mépris la moitié du pays".

tq/sam

PLUS:afp