NOUVELLES

N.-B.: la Couronne fait entendre son premier témoin au procès de Curtis Bonnell

18/09/2012 11:27 EDT | Actualisé 18/11/2012 05:12 EST

MIRAMICHI, N.B. - Un Néo-Brunswickois accusé du meurtre de sa cousine de 16 ans a fait monter sa victime dans sa voiture, l'a violée et l'a tuée avant de l'enterrer dans les bois, a fait valoir la Couronne mardi.

Les plaidoiries ont débuté au procès de Curtis Wayne Bonnell, qui a plaidé non coupable à une accusation de meurtre prémédité pour l'assassinat d'Hilary Bonnell survenu en 2009.

Le procureur de la Couronne, Bill Richards, a déclaré au jury qu'il établira la preuve selon laquelle l'homme de 32 ans a commis le crime, puis a enterré le corps de sa victime dans un ancien champ de tir, dans une zone isolée. Selon Me Richards, l'accusé a agi rapidement en tuant sa victime possiblement une demi-heure après l'avoir amassée en voiture.

Hilary Bonnell avait été portée disparue après avoir assisté à une fête sur le territoire de la Première Nation Esgenoopetitj, le 5 septembre 2009. Des recherches en profondeur avaient alors été menées aux alentours de cette communauté du nord-est de la province. Le corps de l'adolescente avait été découvert deux mois plus tard et Curtis Bonnell avait été arrêté en décembre 2009.

Après la déclaration d'ouverture de la Couronne, la constable Joany Paradis de la Gendarmerie royale du Canada a pris la parole à titre de premier témoin de la Couronne. Elle a indiqué que Pam Fillier, la mère d'Hilary, avait rapporté la disparition de sa fille le 7 septembre 2009, soit deux jours après que sa fille eût été vue vivante pour la dernière fois.

Mme Paradis a soutenu que le téléphone cellulaire d'Hilary avait émis son dernier signal le 5 septembre à 12h06, d'après les registres du fournisseur. Elle a ajouté qu'Hilary avait envoyé deux messages textes en matinée à Haley Bonnell, la soeur de la victime.

«S'il te plaît réponds-moi, j'ai peur», avait-elle écrit dans un message envoyé à 7h52. Une demi-heure plus tard, elle envoyait un autre message indiquant «Texte-moi, j'ai peur».

Mme Paradis a raconté à la cour qu'Haley Bonnell n'avait pas répondu à sa cousine puisque la pile de son téléphone était vide.

En contre-interrogatoire, Mme Paradis a dit à l'avocat de la défense Gilles Lemieux qu'Hilary avait été portée disparue huit fois entre 2007 et 2009.

Le procès, à la cour du Banc de la Reine à Miramichi, devrait durer huit semaines.

PLUS:pc