NOUVELLES

Les TCA disent s'attendre à recevoir sous peu une nouvelle proposition de GM

18/09/2012 09:43 EDT | Actualisé 18/11/2012 05:12 EST

TORONTO - Le dirigeant des Travailleurs canadiens de l'automobile (TCA) se disait optimiste que le syndicat puisse bientôt conclure une nouvelle entente collective avec General Motors, mardi, au terme d'une première journée d'entretiens constructifs.

Le président des TCA, Ken Lewenza, a dit s'attendre à recevoir sous peu une nouvelle proposition de GM Canada, après avoir passé la journée à discuter en détail de l'entente précédemment conclue avec Ford.

M. Lewenza a affirmé que les négociations avec GM étaient plus avancées que celles en cours avec Chrysler, encore en train d'évaluer ce que lui coûterait une entente similaire à celle parvenue entre les TCA et Ford.

«Nous nous attendons, à tout le moins, à ce que GM dépose une offre rapidement, mais je ne sais pas ce que cela signifie pour l'instant. Jusqu'à ce que vous ayez ladite proposition entre les mains, vous ne pouvez pas savoir si vous êtes sur la même longueur d'ondes», a-t-il dit.

Le dirigeant syndical a néanmoins ajouté qu'un sentiment d'optimisme se dégageait des discussions avec Chrysler.

Les négociations avec les constructeurs se poursuivront sans interruption, a indiqué M. Lewenza.

Le syndicat a annulé une grève prévue pour minuit, dans la nuit de lundi à mardi, pour donner aux négociateurs de Chrysler et GM plus de temps pour examiner l'entente de quatre ans conclue quelques heures plus tôt avec Ford.

Les TCA ont indiqué que cette entente avec Ford traçait une voie qu'il s'attend à voir les autres constructeurs suivre.

Lundi, M. Lewenza a précisé que ces deux constructeurs automobiles et le syndicat étaient encore «très loin» d'un accord. Alors que les discussions se poursuivaient mardi, le président des TCA n'a pas pu dire si les trois parties s'entendaient désormais mieux, puisqu'aucune nouvelle offre n'a été présentée.

Il a toutefois ajouté qu'il croyait que les entreprises comprenaient l'importance de négociations excluant les employés et les salaires des nombreuses pressions subies par les constructeurs automobiles.

M. Lewenza a toutefois prévenu qu'une grève demeurait possible et qu'il donnerait un préavis de 24 heures s'il juge que Chrysler et GM se traînent les pieds.

L'entente avec Ford donnera à 800 employés mis à pied la chance de revenir au travail, notamment grâce à la création de 600 postes à temps partiel dans ses usines canadiennes. La majorité de ces postes verront le jour à Oakville, en Ontario.

L'entente avec Ford ne prévoit pas d'augmentations salariales, mais chaque syndiqué recevra 2000 $ par année lors des deuxième, troisième et quatrième années du contrat de travail pour couvrir la hausse du coût de la vie, en plus d'une prime à la signature de 3000 $.

Les nouveaux employés recevront 60 pour cent du plein salaire, qui sera atteint après 10 ans, plutôt qu'en six années, tel que le stipulait la précédente convention collective. Ces nouveaux employés disposeront également d'un régime de pensions hybride, plutôt que d'un régime à prestations déterminées comme les travailleurs actuels.

PLUS:pc