NOUVELLES

Les rebelles et l'armée syrienne s'affrontent près de la frontière turque

18/09/2012 05:07 EDT | Actualisé 18/11/2012 05:12 EST

BEYROUTH - De violents combats ont éclaté mardi entre les rebelles syriens et les forces du régime près d'un poste frontalier turc, poussant les autorités turques à évacuer les résidants de la zone.

Les violences le long de la frontière avec la Turquie, qui soutient les rebelles qui tentent de renverser le régime de Bachar el-Assad, montrent les implications régionales de la crise syrienne, qui s'étend de plus en plus dans les pays voisins.

Un responsable turc a déclaré mardi, sous le couvert de l'anonymat, que les forces gouvernementales syriennes et les rebelles étaient engagés dans des combats «très violents» près du poste frontalier de Tal Abyad.

Un femme a été atteinte par une balle perdue et a été hospitalisée dans la ville frontalière turque d'Akcakale, a-t-il indiqué.

Selon l'agence de presse turque Anadolu, six Syriens blessés dans les affrontements ont été emmenés de l'autre côté de la frontière pour être soignés.

Les autorités d'Akcakale ont demandé aux résidants vivant près de la frontière d'évacuer les lieux.

D'après la télévision publique turque TRT, certains rebelles ont trouvé refuge à Akcakale pour échapper aux attaques des troupes gouvernementales.

Des militants de l'opposition syrienne ont confirmé qu'il y avait des combats, mais ils n'étaient pas en mesure de dire si les rebelles avaient réussi à prendre le contrôle du poste frontalier.

Ce serait la première fois que les rebelles tentent de s'emparer de la zone frontalière de la province de Raqqa, dans le nord de la Syrie, jusqu'ici contrôlée par les forces du régime de Bachar el-Assad. Les rebelles contrôlent plusieurs autres postes frontaliers qui mènent en Turquie.

En Irak, les autorités ont rouvert le poste frontalier de Qaim, dans l'ouest du pays, à un nombre limité de femmes et d'enfants syriens qui fuient la guerre.

Le maire de Qaim, Farhan Fitkhan, a indiqué que 100 réfugiés syriens étaient entrés en Irak par ce passage mardi. Un nombre plus important de réfugiés sera maintenant autorisé à passer sur une base quotidienne, a-t-il précisé, mais seulement les femmes et les enfants seront admis. Les jeunes hommes seront refoulés pour des raisons de sécurité, a indiqué M. Fitkhan.

Le poste frontalier de Qaim avait été fermé le mois dernier après de violents affrontements entre les forces syriennes et les rebelles du côté syrien de la frontière.

Environ 4350 réfugiés syriens sont présentement logés dans des camps de la ville de Qaim, selon le maire.

PLUS:pc