NOUVELLES

Le gouvernement britannique devra publier des lettres du prince Charles

18/09/2012 11:50 EDT | Actualisé 18/11/2012 05:12 EST

LONDRES - La justice britannique a demandé au gouvernement de rendre publiques des lettres confidentielles adressées aux ministres par le prince Charles. Cette décision pourrait lever le voile sur les tentatives de l'héritier du trône d'Angleterre pour faire passer ses idées très tranchées auprès des responsables politiques.

Les trois juges d'un tribunal sur la liberté de l'information ont statué qu'il était dans l'intérêt du public qu'il existe «une transparence sur le moment et la façon dont le prince Charles tente d'influencer le gouvernement».

Le quotidien «The Guardian» demandait depuis sept ans la transmission de lettres adressées par le prince Charles à sept ministères en 2004 et 2005. Plusieurs ministères avaient refusé de les communiquer, arguant que cela pourrait enfreindre les règles non écrites sur les relations entre la monarchie et le gouvernement.

Le gouvernement a un mois pour se conformer au jugement ou faire appel.

Quoi qu'il en soit, la transparence devrait être de courte durée, une loi récemment adoptée exemptant le prince de futures requêtes au nom de la liberté de l'information.

Dans la monarchie constitutionnelle britannique, le souverain n'a pas de pouvoir politique, mais il rencontre régulièrement le premier ministre et les principaux responsables politiques pour parler de l'actualité. L'héritier du trône a le droit d'être informé des activités du gouvernement afin de mieux se préparer à régner.

Mais ses détracteurs trouvent que le prince Charles dépasse les limites en tentant de se mêler de décisions politiques. Le prince, âgé de 63 ans, affiche des opinions très tranchées sur des sujets comme l'écologie ou la médecine alternative, dont il est un fervent partisan, ou encore l'architecture.

En 2009, plusieurs architectes renommés, dont Norman Foster, Zaha Hadid et Frank Gehry, l'avaient accusé d'user de sa position pour remettre en cause un projet de reconversion d'anciennes casernes militaires à Londres en résidence de luxe.

PLUS:pc