NOUVELLES

Jordanie: des réfugiés syriens jettent des pierres sur le convoi de Brahimi

18/09/2012 10:50 EDT | Actualisé 18/11/2012 05:12 EST

Quelque 200 réfugiés syriens en colère ont jeté des pierres mardi sur le convoi de l'émissaire de l'ONU et de la Ligue arabe Lakhdar Brahimi, qui était venu visiter leur camp en Jordanie, a constaté un journaliste de l'AFP.

"Malheureusement, la situation en Syrie ne va probablement pas d'améliorer. Elle s'aggrave. On se dirige vers une (nouvelle) détérioration (de la situation). J'essaie de faire le maximum pour aider les réfugiés syriens à sortir de cette crise", a déclaré M. Brahimi lors d'une courte visite au camp de Zaatari, près de la frontière avec la Syrie.

Des dizaines de Syriens ont ensuite lancé des pierres sur les voitures de son convoi alors qu'il partait. "Brahimi, pars d'ici! Brahimi, pars d'ici!", scandaient-ils.

"Quelque 200 réfugiés syriens ont manifesté alors qu'il (l'émissaire, ndlr) quittait le camp. Ils ont dit qu'ils étaient en colère parce qu'il avait rencontré le président Bachar al-Assad et essayé de lui +donner une chance de tuer plus de gens+, selon eux", a déclaré un responsable de la sécurité à l'AFP.

Près de 30.000 réfugiés vivent à Zaatari, selon des responsables jordaniens, et le camp a été le théâtre de protestations de réfugiés contre leurs conditions de vie plus que précaires.

Selon le chef de la diplomatie jordanienne, Nasser Jawdeh, son pays accueille actuellement quelque 200.000 réfugiés syriens, dont plus de 85.000 qui se sont manifestés auprès du HCR (Haut commissariat pour les réfugiés de l'ONU).

M. Brahimi, mandaté par l'ONU et la Ligue arabe pour tenter de trouver une solution à la crise syrienne, est actuellement en tournée dans la région.

Pour la première fois depuis sa prise de fonctions le 1er septembre, il s'est rendu la semaine passée en Syrie, où il a rencontré le président Assad, avertissant que le conflit était "une menace pour la région et le monde entier".

Il a fait une halte au Caire lundi où se réunissait un groupe de contact sur la Syrie puis a visité mardi matin un camp de réfugiés en Turquie.

str-msh-akh/cco/sw

PLUS:afp