OTTAWA - Une campagne de don d'organes mise sur pied par la récipiendaire d'une double transplantation d'un poumon a désormais de très nombreux nouveaux amis.

Le site de réseautage social Facebook espère que son nouvel outil de don d'organes, qui permet aux utilisateurs de partager leur statut de donneur d'organes, aidera Hélène Campbell à faire parler de sa cause.

Mme Campbell, dont la campagne de don d'organes via les médias sociaux a attiré l'attention de nombreuses célébrités, dont Ellen DeGeneres et Justin Bieber, dit être excitée par l'attention que Facebook peut susciter pour sa démarche. Selon elle, la capacité de partage de Facebook rejoint le thème même qui est au coeur de l'acte de don d'organe.

Lors d'une conférence de presse tenue mardi, Mme Campbell a laissé entendre qu'avec ce nouveau registre des donneurs d'organes, il est désormais plus facile de s'intéresser à cette cause et de faire connaître sa propre décision aux autres.

Facebook a inauguré cet outil en mai aux États-Unis et en Grande-Bretagne, et l'active désormais au Canada. Depuis son apparition, il y a quatre mois, l'outil a été rendu disponible dans 12 autres pays, et Facebook lui attribue le mérite d'avoir convaincu 275 000 nouvelles personnes de devenir des donneurs d'organes.

Les délais liés au lancement en sol virtuel canadien sont imputés aux restrictions provinciales et fédérales qui encadrent la pratique du don d'organes au pays, a précisé le dirigeant de Facebook Canada, Jordan Banks.

«Nous devons tenir compte de 13 juridictions au pays, il n'y a pas de registre fédéral», a-t-il dit.

La ministre fédérale de la Santé, Leona Aglukkaq, qui a assisté à la conférence de presse où Facebook a annoncé le lancement de ce nouvel outil, n'a pas été en mesure de donner le nombre de personnes ayant donné leur consentement pour offrir leurs organes au pays.