NOUVELLES

Des Chinois manifestent contre le rachat de l'archipel Senkaku par le Japon

18/09/2012 04:10 EDT | Actualisé 18/11/2012 05:12 EST

PÉKIN, Chine - Des milliers de personnes ont manifesté mardi en Chine devant les représentations diplomatiques japonaises, pour contester le rachat par le Japon des îles de l'archipel Senkaku, contrôlé par Tokyo mais revendiqué par Pékin.

Des milliers de Chinois ont scandé des slogans patriotiques devant l'ambassade du Japon à Pékin, appelant au boycottage des produits nippons. Des manifestations similaires ont eu lieu à Guangzhou, à Wenzhou, à Shanghai et dans plusieurs autres villes chinoises, alors que le pays marquait l'anniversaire de l'invasion de la Mandchourie par les troupes japonaises, en 1931.

À Pékin, des groupes organisés d'environ 150 personnes ont marché vers l'ambassade, encadrés par la police, qui les exhortait à rester calmes et pacifiques. Certains brandissaient des portraits de Mao Zedong, alors que d'autres criaient «Unis, aimez la Chine, n'oubliez jamais notre honte nationale».

Wang Guoming, 38 ans, un ancien soldat devenu vendeur de matériaux de construction, a expliqué être venu à Pékin depuis sa ville natale de Linfen, dans la province de Shanxi, pour exprimer sa frustration envers le Japon.

«Je suis venu ici pour que nos îles ne soient pas envahies par le Japon. Nous pensons qu'il faut leur déclarer la guerre parce que les démons japonais sont trop maléfiques. À bas le petit Japon!», a-t-il lancé.

Des barricades métalliques protégeaient l'ambassade du Japon à Pékin, où des rangées de policiers militaires et antiémeute étaient déployés. Les manifestations spontanées étant quasi-impossibles en Chine, celles de mardi ont certainement reçu une approbation plus ou moins officielle des autorités.

D'autres manifestations similaires ont eu lieu à travers la Chine depuis quelques jours, avec des éruptions de violence, notamment des incendies et des pillages d'usines et de magasins à capitaux japonais.

Le 10 septembre, le gouvernement japonais a décidé de racheter les îles Senkaku à une famille japonaise reconnue comme propriétaire de l'archipel, attisant les tensions entre Tokyo et Pékin, qui a exprimé son indignation.

Le gouvernement japonais a expliqué avoir voulu ramener le calme et éviter l'acquisition des Senkaku par le gouverneur nationaliste de Tokyo, Shintaro Ishihara, qui avait annoncé en avril son souhait de rattacher les îles à la municipalité.

PLUS:pc