NOUVELLES

Colombie-Britannique: un conseiller municipal veut faire interdire le commerce des nageoires de requins

18/09/2012 04:22 EDT | Actualisé 17/11/2012 05:12 EST
Alamy

VANCOUVER - Un conseiller municipal de la ville de Vancouver, Kerry Jang, lance cette semaine une campagne visant à faire interdire le commerce des nageoires de requins dans une bonne partie du sud de la Colombie-Britannique, la région la plus peuplée de la province.

Il entend présenter une motion devant les élus afin que les villes de Vancouver, Burnaby et Richmond joignent leurs forces afin de développer une stratégie commune de bannissement de ce commerce controversé.

L'usage des nageoires de requins, aussi appelés les ailerons, requiert de pêcher des requins uniquement pour en tirer cette partie de leur corps qui sert à la préparation de mets traditionnels chinois. Des membres de cette communauté, nombreuse en Colombie-Britannique, attribuent de des vertus thérapeutiques aux nageoires de requins.

Kerry Jang reconnaît que l'usage des ailerons de requins est une pratique traditionnelle chez de nombreux Canadiens d'origine chinoise. Cependant, il soutient que les temps changent et que cette pêche abondante met désormais en péril la survie de cette espèce dans les océans.

Certains groupes de défense des animaux affirment que chaque année, environ 73 millions de requins sont pêchés uniquement pour leurs nageoires. Après que leurs ailerons aient été coupés à bord des bateaux de pêche, ces poissons sélaciens sont rejetés à la mer, ce qui leur provoque une mort lente et souffrante.

Six villes de l'Ontario, dont Toronto, ont déjà décrété l'interdiction du commerce et de la vente de nageoires de requins. Il en est de même pour les États américains de l'Oregon, de la Californie, de Washington, de l'Illinois et d'Hawaii.

-