MÉDIAS - La juridiction des référés du tribunal de Nanterre a tranché à propos de la requête du couple princier britannique. William et Kate ont obtenu le blocage de la diffusion des photos publiées par Closer vendredi.

Le magazine doit restituer "dans les 24 heures" les photos de Kate à la famille royale (avec une pénalité de 10.00 euros par jour de retard à partir de mercredi) et a interdiction de rééditer les photos sur papier ou sur internet. Le magazine doit également rembourser les frais de justice engagés par le couple, à hauteur de 2.000 euros.

(Cliquez sur le lien pour voir la décision des juges)


Une enquête préliminaire ouverte au pénal

Par ailleurs, une enquête préliminaire a été ouverte mardi matin après la plainte au pénal déposée par les avocats du prince William et de son épouse Kate. La justice française va donc enquêter au pénal après la plainte contre X pour atteinte à la vie privée déposée lundi par le couple au parquet de Nanterre.

Cette enquête préliminaire sera menée par la brigade de répression de la délinquance à la personne (BRDP) à Paris, selon le parquet. La plainte vise à la fois le ou les photographes de ces clichés, mais aussi les médias les ayant exploités, en l'occurence Closer. La presse britannique, en premier lieu, dont The Sun, cherche activement à découvrir l'identité du ou des photographes auteurs des clichés.

Le volet pénal de la contre-attaque judiciaire du couple princier "conduira à un procès plus long où des dommages et intérêts seront réclamés", avaient indiqué les services du prince dimanche.