NOUVELLES

Brésil: La Commission de la Vérité n'enquêtera que sur les actes de la dictature

18/09/2012 11:10 EDT | Actualisé 18/11/2012 05:12 EST

SAO PAULO - La Commission nationale de la Vérité du Brésil enquêtera seulement sur les violations des droits humains commises par l'ancienne dictature du pays, et non pas sur tous les crimes perpétrés par des opposants au régime de la période entre 1964 et 1985.

La Commission a annoncé mardi sur son site internet qu'il leur a été demandé d'enquêter seulement sur les actes de torture, les assassinats et les disparitions forcées menées par les agents du gouvernement.

Elle n'a donc pas le pouvoir d'enquêter sur les actes d'individus qui ne sont pas des agents publics.

Des officiers à la retraite ont critiqué l'annonce, affirmant que la Commission doit aussi faire la lumière sur les violations commises par les guérilléros gauchistes qui se sont opposés au régime.

L'amiral à la retraite, Ricardo Antonio da Veiga Cabral, a déclaré par téléphone que l'enquête de la Commission sera «inachevée, et qu'elle ne dévoilera que la moitié de la vérité.»

«Des crimes ont été commis par les deux parties, on doit donc enquêter sur les deux parties», a-t-il ajouté.

Les officiers retraités expriment souvent l'opinion des forces armées, puisque les militaires actifs n'ont pas le droit de donner la leur publiquement selon la loi.

L'an dernier, la présidente Dilma Rousseff, une ancienne guérillera de gauche qui a été emprisonnée pendant plus de trois ans et torturée sous la dictature, a promulgué la loi qui a créé la Commission.

La Commission a deux ans pour conclure son enquête.

PLUS:pc