NOUVELLES

Aung San Suu Kyi se dit favorable à la levée des sanctions contre la Birmanie

18/09/2012 06:13 EDT | Actualisé 18/11/2012 05:12 EST

WASHINGTON - La chef de file de la lutte pour la démocratie en Birmanie, Aung San Suu Kyi, a entamé mardi sa visite aux États-Unis en affirmant qu'elle soutenait l'allégement des sanctions américaines contre son pays.

L'opposante a également salué le président birman, l'ancien général Thein Sein, pour les réformes démocratiques qu'il a lancées dans le pays, mais a souligné que la Birmanie avait encore du chemin à faire pour surmonter l'héritage de cinq décennies de régime militaire.

La lauréate du prix Nobel de la paix a fait ces déclarations après avoir rencontré la secrétaire d'État américaine, Hillary Clinton, à Washington, au début de sa visite de 17 jours aux États-Unis. Sa tournée américaine survient au moment où l'administration Obama envisage d'alléger l'embargo américain sur les importations birmanes en réponse aux réformes récemment lancées en Birmanie.

Le voyage d'Aung San Suu Kyi, lors duquel elle recevra la plus importante distinction du Congrès américain, marque une nouvelle étape de sa remarquable transition du statut de dissidente en résidence surveillée à celui de députée. Ses commentaires sur les sanctions marquent aussi un changement de point de vue de sa part quant au rôle que les pays occidentaux devraient jouer pour promouvoir la démocratie en Birmanie.

Pendant des années, Mme Suu Kyi défendait les sanctions internationales comme un moyen d'inciter le régime militaire birman à mener des réformes.

«Je soutiens l'allégement des sanctions parce que je pense que notre peuple doit commencer à prendre la responsabilité de son propre destin», a dit Aung San Suu Kyi lors d'une conférence au U.S. Institute of Peace, une organisation vouée à la résolution de conflits. «Nous ne devrions pas dépendre des sanctions américaines pour construire la démocratie. Nous devons y travailler par nous-mêmes.»

Hillary Clinton n'a pas directement fait référence aux sanctions dans ses commentaires publics, mais la prise de position de Mme Suu Kyi augmente la probabilité que l'administration Obama décide de les alléger. L'annonce d'un éventuel allégement pourrait avoir lieu la semaine prochaine, lors de la visite du président birman Thein Sein à New York pour la réunion annuelle de l'Assemblée générale de l'ONU.

Aung San Suu Kyi recevra mercredi la médaille d'or du Congrès américain à Washington. Elle rencontrera aussi les chefs de file de la Chambre des représentants et du Sénat.

PLUS:pc