Film anti-islam: 12 morts dans un attentat-suicide près l'aéroport de Kaboul

Publication: Mis à jour:
KABUL
Getty Images

KABUL - KABOUL (Sipa) — Douze personnes dont huit Sud-Africains ont été tuées mardi matin dans un attentat-suicide près de l'aéroport de Kaboul, revendiqué par un groupe islamiste afghan en représailles contre le film anti-islam qui ridiculise le prophète Mohamet.

Huit ressortissants sud-africains ont été tués dans l'attentat, a annoncé à l'AP Nelson Kgwete, porte-parole du ministère des Affaires étrangères. Les victimes travaillaient pour une compagnie d'aviation sud-africaine basée à l'aéroport Rand de Johannesburg.

L'attentat a été perpétré par une femme kamikaze âgée de 22 ans, du nom de Fatima, a affirmé par téléphoner à Associated Press Haroon Zarghhon, membre du groupe Hezb-e-Islami, dirigé par l'ancien seigneur de guerre Gulbuddin Hekmatyar. Il a menacé de nouvelles attaques contre les soldats étrangers de l'OTAN "qui combattent les Afghans et les civils étrangers qui ont pour tâcher d'espionner pour eux. Ils sont tous nos ennemis et seront nos cibles", a-t-il prévenu.

Le directeur de la police criminelle de Kaboul Mohammed Zahir, avait déclaré en début de matinée qu'au moins huit des victimes étaient des étrangers travaillant pour une entreprise d'aviation à l'aéroport.

Le porte-parole du ministère de l'Intérieur Sediq Sediqi a établi un nouveau bilan de douze morts, dont quatre Afghans, précisant que des analyses étaient en cours pour vérifier qu'il s'agissait d'une femme kamikaze. Il s'agit du premier attentat-suicide perpétré par une femme en Afghanistan.

Le chef de la police de Kaboul, le général Mohammad Ayub Salangi, a précisé que l'explosion s'était produite mardi à l'aube près sur une avenue au nord-ouest du centre de la capitale, près de l'aéroport international. La déflagration, près d'une station-service, a été tellement puissante que le minibus a été projeté à au moins 50 mètres.

Le groupe Hizb-i-Islami est dirigé par Gubuddin Hekmatyar, 65 ans, un ancien Premier ministre, qui s'était à une époque rallié à Washington. Il a depuis été inscrit sur la liste des terroristes, son groupe islamiste revendique des milliers de combattants et de partisans dans le nord et l'est de l'Afghanistan.

ljg/AP-v120-174