NOUVELLES

Robert Latimer assistera à un forum sur le suicide assisté au R.-U.

17/09/2012 08:15 EDT | Actualisé 17/11/2012 05:12 EST

WILKIE, Sask. - La Commission des libérations conditionnelles a autorisé Robert Latimer à prendre part à une table ronde au Royaume-Uni, sur les enjeux liés à la fin de la vie.

M. Latimer a affirmé lundi que la discussion, organisée par l'Université Oxford, abordera les questions de l'euthanasie et du suicide assisté avec un panel de huit personnes, quatre personnes opposées à ces actes, et quatre autres en faveur.

Lors d'une entrevue accordée à La Presse canadienne, M. Latimer a déclaré que la Grande-Bretagne ne voulait pas faire les mêmes «erreurs stupides» qui ont été faites au Canada.

Un passeport restreint a été remis à M. Latimer afin qu'il puisse faire le voyage jusqu'au Royaume-Uni.

L'homme de 59 ans purge actuellement une peine d'emprisonnement à vie. Il a été reconnu coupable, en 1993, du meurtre au second degré de sa fille de 12 ans, qui était gravement handicapée. M. Latimer a obtenu une libération conditionnelle totale en 2010.

Sa fille, Tracy, est morte empoisonnée au monoxyde de carbone. Son père l'avait installée dans la cabine d'un camion dans laquelle étaient dirigés les gaz d'échappement.

M. Latimer a admis son crime, mais a toujours clamé qu'il voulait mettre fin aux souffrances chroniques de sa fille, atteinte de paralysie cérébrale.

Encore aujourd'hui, il maintient n'avoir rien fait de mal et espère que les gens présents à la table ronde réaliseront à quel point le système canadien de justice est «tordu».

«On ne devrait pas torturer les gens seulement pour les maintenir en vie», a-t-il dit.

«La technologie disponible aujourd'hui permet de garder les gens en vie bien plus longtemps.»

PLUS:pc