NOUVELLES

Mali: la Cédéao dit à l'ONU avoir besoin d'avions de chasse pour intervenir

17/09/2012 05:08 EDT | Actualisé 17/11/2012 05:12 EST

La Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao) aura besoin d'avions de chasse et d'un soutien militaire pour lutter contre les islamistes au nord du Mali, a estimé l'ambassadeur ivoirien lundi devant le Conseil de sécurité de l'ONU.

Mais le Conseil n'a donné aucun signe laissant entendre qu'il apporterait son soutien à la force internationale que la Cédéao dit vouloir envoyer au Mali.

Dans la foulée d'un putsch militaire du 22 mars à Bamako, les trois régions administratives du nord du Mali sont tombées aux mains de groupes islamistes radicaux alliés à Al Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

La Cédéao prépare depuis plusieurs mois le déploiement de 3.300 soldats, mais a dû revoir ses projets qui prévoyaient de sécuriser à Bamako le régime de transition. Les autorités maliennes ont en effet indiqué qu'elles ne voulaient pas que des troupes ouest-africaines combattent, mais qu'elles apportent un soutien logistique et aérien, ainsi qu'une participation au maintien de l'ordre, une fois les villes du Nord reconquises.

Une campagne militaire "nécessite beaucoup de moyens militaires, dont des avions de chasse, pour la conduite des opérations", a pour sa part déclaré lundi devant le Conseil de sécurité de l'ONU Youssoufou Bamba, l'ambassadeur ivoirien aux Nations unies, qui s'exprimait au nom de la Cédéao.

A ses yeux, ces avions et un soutien, y compris financier, devraient venir d'autres pays africains, mais aussi d'autres puissances internationales.

Soulignant que le projet d'intervention de la Cédéao suscitait "une résistance forte", il les a attribués à des membres de l'ancienne junte au pouvoir et à leur influence sur le gouvernement de transition.

Les divisions du Mali "risquent de diminuer les chances" de parvenir à la formation d'une force d'intervention, a jugé M. Bamba.

Une conférence internationale sur le Sahel, présidée par le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon, est prévue le 26 septembre à New York en marge des travaux de l'Assemblée générale de l'ONU.

tw/mdm/jca

PLUS:afp