Lowe's retire son offre d'achat de toutes les actions ordinaires de RONA

Publication: Mis à jour:
LOWES RONA TEAMSTERS
CP

MONTRÉAL - Le géant américain Lowe's a annoncé lundi l'abandon de son offre d'achat de 1,8 milliard $ pour Rona (TSX:RON), mais des observateurs de l'industrie s'attendent à ce qu'il revienne à la charge tôt ou tard.

Le retrait survient sept semaines après le dévoilement de la proposition de Lowe's, à laquelle se sont opposés avec virulence le conseil d'administration de Rona et les partis politiques québécois.

«Lowe's continue de croire qu'un regroupement de Lowe's et de Rona est logique du point de vue des affaires et qu'il permettrait de créer de la valeur pour toutes les parties prenantes», a soutenu Lowe's dans un communiqué.

«Il est regrettable que le conseil d'administration de Rona n'ait pas reconnu les importantes retombées économiques et commerciales de cette proposition pour ses parties prenantes et pour le Canada», a ajouté l'entreprise.

Comme il se doit, l'action de Rona a chuté dans la foulée de l'annonce. Le titre a perdu 11,6 pour cent de sa valeur lundi pour clôturer à 11,29 $ à la Bourse de Toronto, retrouvant ainsi son niveau d'avant l'annonce faite par Lowe's à la fin juillet.

Dans une note publiée lundi, l'analyste Keith Howlett, de Valeurs mobilières Desjardins, a qualifié de «négative» l'annonce de Lowe's.

Selon lui, Lowe's est susceptible de montrer de nouveau de l'intérêt pour Rona avant que l'entreprise de Boucherville n'aille de l'avant avec la fermeture de 20 de ses grands magasins au Canada anglais, annoncée plus tôt cette année. Trois magasins situés à proximité de grandes surfaces de Lowe's ont déjà été fermés en Ontario et en Alberta au cours des derniers mois.

Selon M. Howlett, Lowe's pourrait présenter une offre pour acheter les 20 magasins en question ou carrément déposer une offre d'acquisition hostile pour Rona. Dans ce deuxième scénario, Lowe's tenterait de convaincre les actionnaires de l'entreprise québécoise qu'il serait plus payant pour eux d'accepter son offre plutôt que d'attendre les améliorations qui doivent découler du plan de redressement mis en place par la direction de Rona.

Il reste à voir si les arguments de Lowe's porteront. Les marchands de Rona, fermement opposés à Lowe's, détiennent environ 10 pour cent des actions de Rona alors que la Caisse de dépôt et placement du Québec possède une participation de 14,2 pour cent. La Caisse avait accru de deux points de pourcentage la taille de son bloc d'actions dans les heures suivant l'annonce de l'offre de Lowe's.

Lowe's pourrait aussi accroître sa présence sur le marché canadien de façon à augmenter la pression sur Rona et à contraindre ses dirigeants à négocier, a avancé Keith Howlett. L'analyste croit savoir que des membres de la direction de Lowe's se sont rendus à Montréal la semaine dernière afin de rencontrer les conseillers financiers, juridiques et en relations publiques de l'entreprise.

L'analyste Irene Nattel, de RBC Marchés des capitaux, a souligné lundi dans une note que compte tenu des résultats financiers peu reluisants de Rona, un «certain» nombre d'actionnaires de l'entreprise pourraient appuyer une offre d'achat si le prix offert est «adéquat».

Même s'il occupe la deuxième place aux États-Unis derrière Home Depot, Lowe's ne dispose que d'une présence très modeste au Canada. Seulement 31 de ses 1745 magasins nord-américains sont situés au Canada. Rona et Home Depot dominent largement le marché canadien.

Rona emploie environ 30 000 personnes dans son réseau de 800 magasins sous différentes bannières, ainsi que 14 centres de distribution. Or, Rona ne compte que 80 magasins grand format, soit moins que les 180 que Home Depot exploite actuellement au Canada.

Lowe's — dont le siège social se trouve à Mooresville, en Caroline du Nord — offrait 14,50 $ par action de Rona, mais cette proposition avait suscité peu d'enthousiasme. Même les analystes qui s'intéressent à ce secteur étaient d'avis que Lowe's aurait avantage à améliorer sa performance sur le marché américain, qui donne des signes de relance après cinq ans d'apathie.

Sur le web

Rona: Lowe's abandonnera-t-elle ?|Le blogue des marchés

Le nébuleux dossier RONA | Michel Girard | Michel Girard

Lowe's, qui veut acheter Rona, affiche une performance décevante ...

Les marchands indépendants de Rona contre l'offre d'achat de Lowe's

Lowe's: l'achat de Rona n'est pas imminent

Lowe's engage un lobbyiste à Ottawa