Huffpost Canada Quebec qc

Film anti-islam: les établissements américains au Liban protégés

Publication: Mis à jour:
LEBANON PROTESTS
AP

Les établissements américains au Liban sont protégés par les services de sécurité, a assuré lundi le ministre de l'Intérieur, trois jours après que des islamistes eurent incendié un fast-food américain dans le nord du pays pour protester contre un film anti-islam.

"Il y a eu coordination (du ministère, ndlr) avec les services de sécurité pour protéger les établissements américains", a affirmé Marwan Charbel à une radio locale.

"Des Libanais vivent de ces établissements", a-t-il ajouté, en référence notamment aux chaînes américaines de restauration rapide qui emploient de nombreux jeunes libanais.

Un manifestant a été tué et 25 autres ont été blessés vendredi dans des heurts à Tripoli, la grande ville du nord du Liban, entre les forces de sécurité et des islamistes qui avaient incendié un restaurant KFC pour protester contre le film "Innocence of Muslims" (L'innocence des musulmans), qui dénigre l'islam.

Le ministre Charbel a regretté que les "manifestations s'en prennent aux établissements pour leur seul nom".

Ses propos interviennent au lendemain de l'appel lancé par le chef du Hezbollah chiite libanais, Hassan Nasrallah à une semaine de protestations contre le film dont la diffusion a embrasé les rues de nombreux pays musulmans.

Le ministre de l'Intérieur s'est voulu rassurant en affirmant que "ces manifestations seront limitées dans le temps et l'espace".

Le chef du puissant parti armé avait appelé ses partisans à "montrer au monde entier (leur) colère et (leurs) cris, lundi et les jours qui suivent".

Ceux-ci, selon lui, devront manifester lundi dans la banlieue sud de Beyrouth, bastion du parti, mercredi à Tyr (sud), vendredi à Baalbeck (est), samedi à Bint Jbeil dans le sud, et Hermel (est) dimanche.

Hassan Nasrallah a décrit ce film comme la "pire attaque contre l'islam, pire encore que les +Versets sataniques+ (un roman de Salman Rushdie publié en 1988), que le fait de brûler des exemplaires du Coran en Afghanistan ou que les caricatures du prophète Mahomet" publiées par un journal au Danemark en 2005.

Dix-huit personnes sont mortes au total dans le monde dans les violences liées au film, dont l'ambassadeur américain et trois autres membres du corps diplomatique américain en Libye.

ram/sw

À lire aussi sur le HuffPost Québec

Attack On U.S. Compound In Benghazi
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction