NOUVELLES

Les médecins et les juges grecs en grève contre les coupes budgétaires

17/09/2012 12:48 EDT | Actualisé 17/11/2012 05:12 EST

ATHÈNES, Grèce - Les juges et les médecins des hôpitaux publics grecs ont entamé lundi un mouvement de grève de longue durée pour protester contre les coupes budgétaires, mettant en péril des milliers de procédures judiciaires et médicales.

La confrontation entre les syndicats et le nouveau gouvernement de coalition formé il y a trois mois a atteint son paroxysme, alors que les factures et les salaires impayés par l'État s'accumulent. Les principales organisations syndicales du pays ont appelé à la grève générale le 26 septembre.

Les juges en grève ne traiteront que les affaires considérées comme urgentes durant les deux prochaines semaines, pour protester contre les réductions de salaire attendues. Un mouvement qui laissera en suspend toutes les affaires en cours, des divorces aux poursuites contre des émeutiers. Le mouvement de grève devrait encore aggraver l'accumulation des dossiers en retard, parmi lesquels des milliers de redressements fiscaux.

«Nous sommes déterminés à protéger nos droits garantis par la Constitution», a déclaré Vassiliki Thanou, à la tête de l'Association des juges et procureurs nationaux, lors d'une réunion des grévistes dans l'une des chambres de la Cour suprême.

Les tribunaux seront ouverts entre une et deux heures par jour, mais le tribunal traitant les affaires fiscales restera fermé.

Le gouvernement a suspendu le paiement des factures et de certains salaires jusqu'au versement de la prochaine tranche de 31 milliards d'euros du plan de sauvetage de l'Union européenne et du Fonds monétaire international (FMI).

Les médecins des hôpitaux publics ont également entamé une grève illimitée pour protester contre les heures supplémentaires impayées. Seules les urgences seront prises en charge pendant la grève. Leur mouvement rejoint celui des médecins du secteur privé, qui ont commencé plus tôt ce mois-ci à refuser de soigner des patients assurés par le système national d'assurance maladie, de crainte de ne pas être entièrement payés. Les pharmacies refusent quant à elles de délivrer les médicaments prescrits sur ordonnance.

La Grèce dépend des prêts internationaux depuis mai 2010 pour éviter la faillite et une éventuelle sortie de la zone euro. Le gouvernement essaie de finaliser un plan d'austérité de 11,5 milliards d'euros exigé pour obtenir la suite des versements des prêts d'urgence.

Le porte-parole du gouvernement, Simos Kedikoglou, a affirmé lundi que les négociations en cours entre la coalition et les représentants des créanciers devraient aboutir d'ici à la fin de la semaine.

Le ministre des Finances, Yannis Stournaras, doit rencontrer des négociateurs de l'Union européenne, du Fonds monétaire international et de la Banque centrale européenne pour discuter des coupes qui entreront en vigueur au cours des deux prochaines années. Interrogé sur un éventuel allongement de l'âge de départ à la retraite de 65 à 67 ans, sur lequel les créanciers internationaux insisteraient, le ministre des Finances a répondu: «Nous verrons».

PLUS:pc