NOUVELLES

Le maire de Chicago saisit la justice pour mettre fin à la grève des profs

17/09/2012 02:13 EDT | Actualisé 17/11/2012 05:12 EST

CHICAGO - Le maire de Chicago, Rahm Emanuel, a intenté un recours en justice lundi pour tenter de mettre fin à la grève des enseignants du troisième plus grand district scolaire du pays, entrée dans sa deuxième semaine. Les syndicats ont accusé le maire de se comporter en «brute».

Le mouvement de grève des enseignants, le premier à Chicago depuis 25 ans, est embarrassant pour le président Barack Obama, puisque que Chicago est son fief politique et que le maire Rahm Emanuel a été son chef de cabinet à la Maison-Blanche. Les syndicats représentent en outre un soutien précieux pour le candidat démocrate à la présidence.

Le recours déposé par le maire allègue que la grève est illégale car elle est motivée par des questions d'évaluation et de licenciements, et non par des raisons économiques. La municipalité invoque aussi un danger pour la santé et la sécurité publiques, dans la mesure où l'alimentation de base de plus de 80 pour cent des 350 000 élèves des établissements publics dépend des cafétérias scolaires. La Ville souligne par ailleurs que 50 000 élèves aux besoins particuliers, dont des autistes, doivent recevoir des cours spéciaux, et que les élèves seraient davantage exposés à la violence hors des classes.

Les avocats de la Ville ont demandé au tribunal de contraindre les membres du syndicat des enseignants à cesser leur grève et à reprendre le travail, a expliqué la porte-parole du maire de Chicago, Sarah Hamilton.

Le conflit avait paru près de se régler la fin de semaine dernière, mais les enseignants ont décidé dimanche de poursuivre la grève pour prendre le temps d'examiner une proposition patronale.

Le mouvement de grève tourne autour du nouveau système d'évaluation des enseignants, de leur salaire et de leurs conditions de travail. Avec un salaire annuel moyen de 76 000 $ US, les enseignants de Chicago figurent parmi les mieux pays des États-Unis.

PLUS:pc