NOUVELLES

Le chef du Hezbollah libanais fait une rare apparition en public (AFP)

17/09/2012 11:25 EDT | Actualisé 17/11/2012 05:12 EST

Le chef du Hezbollah chiite libanais, Hassan Nasrallah, a fait une rare apparition en public lundi devant des dizaines de milliers de partisans dans la banlieue sud de Beyrouth, à l'occasion d'une manifestation à son appel pour protester contre un film anti-islam.

Il s'agit de la cinquième apparition en public du dirigeant de cette puissante formation islamiste armée qui vit caché depuis la fin de la guerre de l'été 2006 entre Israël et le Hezbollah, et son premier discours en public depuis 2008.

Son apparition a provoqué des scènes de délire parmi une foule monstre rassemblée pour dénoncer un film islamophobe qui a déjà provoqué des manifestations de colère parfois meurtrières à travers le monde musulman.

"Amérique, grand Satan, Israël, ennemi des musulmans", ont scandé les hommes, femmes et enfants dans les rues de Rweiss, un quartier de la banlieue sud de Beyrouth, bastion du Hezbollah.

Dimanche, Hassan Nasrallah avait appelé ses partisans à "montrer au monde entier leur colère" cette semaine contre la diffusion d'un film amateur, "Innocence of Muslims" (L'innocence des musulmans), dénigrant l'islam et les musulmans, réalisé aux Etats-Unis.

"Amérique, attention, ne touche pas à notre religion !", ont crié les manifestants, dont beaucoup portaient les drapeaux jaunes du Hezbollah ainsi que ceux du mouvement Amal, autre formation chiite libanaise.

"Amérique, mère du terrorisme", ont-ils scandé encore, les poings en l'air, ou "le peuple musulman se sacrifie pour son Prophète".

"Je n'ai pas vu le film mais j'ai appris qu'il représentait le Prophète (Mahomet) comme un personnage sanguinaire qui ne pense qu'à ses instincts", affirme un manifestant, Nabih Ayyach, 29 ans.

D'autres manifestations contre le film à l'appel du Hezbollah se dérouleront lundi dans la banlieue sud de Beyrouth, bastion du parti, mercredi à Tyr (sud), vendredi à Baalbeck (est), samedi à Bint Jbeil dans le sud, et dimanche à Hermel (est).

kam-ram/feb

PLUS:afp