NOUVELLES

Hausse de près de 8% des arrivées de touristes à Chypre en août

17/09/2012 11:08 EDT | Actualisé 17/11/2012 05:12 EST

Le secteur touristique de Chypre, source de revenus précieuse pour l'île plongée dans la récession, a connu un mois d'août fastueux avec une hausse de 7,9% des arrivées, grâce à une forte augmentation du nombre de touristes russes, selon des statistiques officielles publiées lundi.

Au total, 363.573 personnes sont venues à Chypre en août, contre 337.013 un an plus tôt.

Cette hausse est due essentiellement aux 79.291 Russes (+55%) qui ont choisi de passer leurs vacances sur l'île méditerranéenne, et dans une moindre mesure aux 13.616 Allemands (+13,5%), aux 18.545 Suédois (+6,9%) ou encore aux 5.697 Français (+14%).

En revanche, la baisse se poursuit du côté des Britanniques, représentants de l'ancienne puissance coloniale qui restent les principaux clients du secteur, avec un contingent de 146.136 touristes (-7%).

Pour les huit premiers mois de 2012, Chypre a enregistré 1,72 million d'arrivées, soit une hausse de 3,5%.

En 2011, malgré la crise financière et les pénuries d'électricité provoquées par la destruction accidentelle de la principale centrale du pays, les arrivées avaient atteint 2,39 millions (+10%), permettant au secteur de connaître son meilleur résultat en trois ans avec 1,75 milliard d'euros de revenus.

Malgré ces bons résultats pour un secteur qui représente en moyenne 12% du PIB du pays, l'économie de Chypre s'est contractée de 2,4% entre janvier et juillet, tandis que le gouvernement prévoit une baisse de 1,5% du PIB pour l'ensemble de l'année 2012 et n'entrevoit pas de reprise avant 2014.

La République de Chypre, qui rassemble la population hellénophone de l'île, a pris de plein fouet la crise en Grèce, pays dont elle est très proche économiquement et culturellement.

Le pays, qui assure actuellement la présidence de l'Union européenne, est en négociations avec l'UE, la Banque centrale européenne et le Fonds monétaire international sur une aide destinée à soutenir son économie et à renflouer ses banques. Il a également demandé un prêt de 5 milliards d'euros à la Russie.

cc/dv/fc/cnp

PLUS:afp