NOUVELLES

Crise de l'euro: le FMI juge "complexe" la coordination avec l'UE et la BCE

17/09/2012 05:14 EDT | Actualisé 17/11/2012 05:12 EST

Le FMI a jugé lundi que la collaboration avec les autorités européennes dans le sauvetage de pays de la zone euro avait été "essentielle mais complexe" en raison notamment des "contraintes institutionnelles" au sein de l'UE, selon un rapport du Fonds publié lundi.

"Dans les récents programmes mis en place dans les pays européens, la coordination entre le Fonds monétaire international et l'Union européenne (...) a été essentielle mais complexe", a indiqué le FMI dans un rapport qui analyse les conditions attachées à 159 plans d'aide accordés entre 2002 et 2011.

La "troïka", composée du FMI, de l'Union européenne et de la Banque centrale européenne, a mis en place des plans de sauvetage assortis de plans d'austérité dans trois pays de la zone euro: en Irlande, au Portugal et en Grèce, où une mission d'experts évalue actuellement si une nouvelle tranche d'aide peut être débloquée.

La coordination avec les autorités européennes a "bien fonctionné" mais "elle a toutefois ajouté une couche de complexité à l'élaboration des conditions (attachées aux plans d'aide) et au processus de décision, souligne le rapport, alors que l'action de la troïka en Grèce suscite certaines réserves au sein du FMI.

Selon ce rapport, les "contraintes institutionnelles" au sein de l'Union européenne ont parfois limité le champ des alernatives politiques qui "auraient autrement pu être envisagées", comme la restructuration de la dette.

Cela a été particulièrement le cas pour "la dette du secteur bancaire en Irlande et la dette souveraine" en Grèce, précise le rapport.

Plus globalement, l'élaboration de plans de sauvetage pour "des pays lourdement endettés" de la zone euro a constitué un "défi de taille" pour le FMI, selon ce document.

"Par exemple, dans la zone euro, les réglages politiques ont nécessairement dû être très importants, étant donné l'ampleur des problèmes de viabilité budgétaire et les risques de contagion", souligne le rapport.

jt/sl/sat

PLUS:afp