NOUVELLES

Corruption au Québec: la commission d'enquête doit entendre "Donnie Brasco"

17/09/2012 11:47 EDT | Actualisé 17/11/2012 05:12 EST

La Commission Charbonneau, qui enquête sur la corruption au Québec, a repris lundi ses travaux et devait entendre des experts, dont l'ex-agent du FBI Joseph Pistone, dit "Donnie Brasco", qui avait jadis infiltré une grande famille de la mafia de New-York.

La comparution du célèbre agent, annoncée dans les médias canadiens sans qu'on soit certain de sa date, n'a été ni démentie ni confirmée par la présidente de la commission, la juge France Charbonneau. Celle-ci a d'ailleurs demandé aux médias de s'abstenir à l'avenir d'annoncer à l'avance les noms des témoins, lors de la première séance après la pause estivale.

Cela "peut nuire considérablement aux enquêtes", a-t-elle souligné.

M. Pistone, comme d'autres experts invités à intervenir à partir de lundi, doit décrire les mécanismes d'infiltration du crime organisé dans le monde des affaires aux Etats-Unis. La famille Bonnano, dont il avait contribué à dévoiler les activités dans les années 70 et 80, avait des relations suivies avec le clan dominant montréalais des Rizzuto.

Mme Charbonneau a rappelé lundi matin les grandes lignes des travaux de la commission.

Il s'agit, a-t-elle dit, d'étudier les "stratagèmes" de corruption utilisés dans le bâtiment, y compris leurs liens possibles avec le financement de partis politiques, de "dresser un portrait de possibles activités d'infiltration de cette industrie par le crime organisé et examiner des pistes de solutions".

Les travaux de la commission porteront sur les 15 dernières années, autrement dit tant sur des gouvernements du Parti Québécois (PQ, indépendantiste) que, surtout, sur neuf ans de gouvernements du Parti Libéral.

Vendredi dernier, le procureur en chef de la commission Charbonneau, Sylvain Lussier, a prédit des découvertes "croustillantes".

Lors de la campagne électorale ayant précédé les législatives provinciales du 4 septembre dernier, les adversaires du Premier ministre libéral sortant Jean Charest avaient affirmé qu'il avait avancé la date du scrutin pour éviter d'éventuelles révélations de la commission Charbonneau.

L'élection a été remportée par le Parti Québécois mais les libéraux ont obtenu un score très honorable.

via/bdx

PLUS:afp